QUADRUPLE HISTORIQUE POUR ST GILLES/VAUVERT, DÉCEPTION POUR MARGUERITTES ET FATIGUE POUR L'OUTSIDER REMOULINOIS

Les phases finales du championnats de France AMF de futsal qui se déroulaient à Coudoux ce week-end ont rendu leur verdict. Fierté pour les uns, déception pour les autres et fatigue pour les derniers, voici les maîtres mots qui ont caractérisé ces phases finales. Fierté pour le club de Saint Gilles/Vauvert qui a remporté un historique quadruplé en ajoutant à sa récente ligue des champions et à la coupe Gard/Bouches du Rhône, une coupe de France et une finale de championnat face au même adversaire de l'USR Futsal (6/3 et 6/2 lors des deux finales). L'objectif principal pour les partenaires du gardien Sébastien Alcaraz, élu meilleur gardien de la compétition, était de garder leur titre de champion. C'est fait et pour la troisième fois. La victoire en coupe et le quadruplé est l'aboutissement d'une saison pleine qui vient récompenser tous les acteurs de l'entente (joueurs, staff et dirigeants).
Chez les filles, c'est la déception qui prime chez les coéquipières de Marine Magnier. En effet, cette saison, le futsal Marguerittois n'a pas été en mesure de battre les joueuses du Toulouse Métropole Futsal lors d'une finale. Les filles du président David Dubon laissent le titre de championne de France partir en Haute Garonne, battues 1/2 malgré une domination certaine des gardoises. Mais comme me l'a dit la numéro 10 du club marguerittois, dominer n'est pas gagner. Et pourtant, les joueuses du coach Christophe Cariat avaient fait ce qu'il fallait au niveau de l'impact mais rien n'y a fait et malgré une domination après la réduction du score de Elodie Lizzano, les gardoises perdaient leur titre.
Enfin concernant, le Remoulins Sport Futsal, l’aventure s'est arrêtée en demi finale, sèchement battu 4/0 mais l'expérience des joueurs de Château Renaud aura eu raison des garçons du coach Baptiste Boyer. Le match pour la 3e place était le match de trop pour les gardois face au champion de la zone nord de Champs sur Marne, la tête avait surement un peu lâché, les physiques n'y étaient plus. Même si l'objectif du coach remoulinois, celui était tout de même fier et content de ses joueurs et de l'expérience emmagasinée avec cette phrase de Nelson Mandela "soit on gagne, soit on apprend".

Commentaires