DIRECTION HAWAÏ... PORTRAIT DE HERMANN SIMON

12 Octobre 2019, c'est ce jour la que se déroulera la Mecque du triathlon, le summum suprême de cette discipline...l'Ironman d'Hawaï. ce jour ce sont quatre triathlètes nîmois du club du Croco d'Airain qui participeront à ce grand événement. L'occasion pour moi de vous les présenter. Aujourd'hui place au plus jeune de la bande... Hermann Simon. Ce kiné Milhaudois, tout à côté de Nîmes, normand d'origine, a découvert le triathlon en emménageant dans notre beau département du Gard il y a quatre ans, après ses études parisiennes. Ne craignant pas l'effort, il se lance directement dans l'IronMan et réalise son premier triathlon à Vichy en 2016. Venu pour le challenge, il réussi l'exploit pour sa première de descendre en dessous des 10 heures (9h57 pour être précis). Ce passionné de sports (foot, natation, cyclisme sur route) n'a alors plus qu'une seule obsession...Hawaï qui est pour lui le plus grand Ironman du monde. Il enchaîne alors les IronMans dans le seul but de se qualifier pour Kona. Fortaleza et Florianopolis au Brésil, Nice... A chaque fois, il ne lui manque pas grand chose mais ce n'est pas suffisant comme à Florianopolis ou il échoue pour 1 minute et 6 secondes. Et après deux ans et quelques milliers de kilomètres de plus, il obtient enfin son slot en 2018 en Argentine à Mar Del Plata en 8h56m avec une épreuve de natation réduite à cause des conditions météo. L'objectif est atteint, place à la préparation. Toute l'année 2019 est centrée sur cet objectif et notamment cette natation qui est son point faible. Son objectif hawaïen sera de faire une course pleine dans des conditions difficiles, chaleur et fort taux d'humidité, et ou le niveau sera très relevé. Mais quand on est capable de courir 100 kilomètres de vélo lors du triathlon de Cannes avec une roue qui frotte et creuse le cadre sur plusieurs centimètres, de traverser un troupeau de taureaux à 10 kms de la fin du parcours vélo à Fortaleza ou se fracturer la cheville trois mois avant son premier IronMan...qu'il bouclera en moins de 10 heures alors que les médecins lui avaient prédit un forfait, on craint degun comme on dit dans le Gard...




Commentaires