MON HAWAÏ...PAR NATHALY CEDAT

De retour de Hawaï où elle a terminé neuvième de la catégorie 55/59 ans en 12h01min35s, Nathaly Cedat la triathlete du Croco d’Airain Nimes nous a accordé quelques minutes. Le temps pour moi de découvrir une personne attachante.
JS30: Quelles sensations ça procure de passer la ligne d’arrivée de ce monument qu’est Hawaï et d'être Finisher du plus grand Ironman du monde?
(Les larmes lui viennent de suite aux yeux)
NC: C’était mon 18ème ironman, le 3e Hawaï. Et à chaque fois, c’est une émotion différente. Là je suis un peu frustrée, car j’ai souffert de maux de ventre sur le marathon. C’est une petite déception à ce niveau là. Malgré tout, ça reste un immense plaisir. Écrire son nom à cet ironman est quelque chose de génial. Le triathlon est né à Hawaï. C’est le must d’y participer. En 99, après ma deuxième participation, je ne pensais pas y retourner. Mais il y a deux ans, je me suis dit pourquoi pas, jamais 2 sans 3....sans trop y croire. Et c'est juste magique!!!
JS30: Neuvième de votre catégorie. Contente ou vous auriez pu faire mieux?
NC: J’étais partie pour un Top10. Mais je savais aussi que seul les 5 premiers étaient récompensés. Malgré les problèmes, j’aurais pu viser une 7e place mais pas mieux. Le Top5 était inaccessible. J’aurais pu espérer au mieux 15 à 20 minutes de mieux.
JS30: Le rythme d’entraînement pour Hawaï c’était quoi ?
NC: Qualifiée en juillet, ma préparation était différente des autres. En trois mois récupération et repréparation. En gros 12 à 15h par semaine, gros blocs de travailler le week-end et je levais le pied un jour par semaine, histoire d’avoir beaucoup de fraîcheur.
JS30:  quelle est la différence entre Hawaï il y a 20 ans et celui d’aujourd’hui ?
NC:  C’est toujours aussi magique.  C’est devenu un gros événement. Un départ avec 11 vagues d'âge. C’est organisation fait que ça un peu perdu de ses origines. C’est devenu un business, c’est 5000 bénévoles et tout est réglé comme du papier à musique.
JS30: Une petite anecdote sur la Hawaï 2019 ? Quatre nîmois présents, vous étiez une équipe finalement même si votre effort a été individuel.
NC: L’underpant (sous vêtement) Qui est une course à pied sans classement plus ou moins déguisée en sous-vêtements, 3 km à tout casser de façon la plus excentrique. Je retiendrai les déguisements d’Alain et sa famille, très français et Hermann et ses potes qui était aussi pas mal.
JS30: Et maintenant, prête pour Hawaï 2020 ? Quels sont vos projets?
NC: Qualification, budget, franchement je ne sais pas le fait d’être un peu frustré sur cette édition me dit que j’y reviendrai sûrement. Mais j’ai envie aussi d’essayer un peu le Trail long même si je reste une triathlète dans l’âme.  En attendant je vais faire Marseille Cassie ce week-end (cet interview a été réalisé vendredi dernier). Et profiter de l’instant présent… Carpe diem.



Commentaires