LA FAMILLE SANCIAUME...ALAIN A TRAVERS LE REGARD DE SES DEUX FILS

Noël c’est les fêtes, les cadeaux, les bons repas mais surtout la famille. J’ai voulu à travers une mini série, qui nous emmènera en 2020, vous parler de famille de sportif gardois. Dans ce premier opus, direction Les Angles et son club de rugby où Christian et Romain, respectivement entraîneurs de la Fédérale 3 et des cadets du club, ont bien voulu me parler d’Alain leur président mais surtout leur papa.
JS30:  Parlez moi de la carrière (de dirigeant  et de sportif si il en a eu une) de votre papa?
CS: Mon père a pratiqué le rugby à Brive, Sorgues et les Angles. En tant que dirigeant et surtout président il se rapproche de sa vingtième année.
Je suis admiratif de l’engagement et de son implication au sein du club avec une équipe dynamique et efficace autour de lui.
RS: Je n'ai hélas pas trop vu de match de mon père en tant que joueur. D'un point de vue dirigeant, une carrière exceptionnelle à mes yeux, 20 ans de présidence en tant que bénévole, j'en connais peu des passionnés comme lui et aussi présent aussi bien pour les jeunes que les moins jeunes !
JS30:  Quel regard pensez vous qu’il a sur votre carrière
RS:  Le rugby a toujours été pour moi une passion sans prise de tête. J'ai pris du plaisir à jouer en B avec mes potes et mon frère à la fin de sa carrière. Il n'aurait pas misé sur le bon cheval s'il espérait que je fasse carrière (Rires). Je me régale maintenant à entraîner les cadets du club.
CS: J’espère positive...Je suis resté fidèle aux Angles(petit détour à l’isle sur Sorgues pendant 6 mois).Le club avait un beau projet sur la durée et on a réussi à le faire monter en Fédérale 3 après des années galères autour d’une belle bande de potes et de jeunes formés au club.
JS30:  Quel est votre meilleur souvenir sportif avec votre papa?
RS: Les titres de champion de Provence obtenus en catégorie jeunes ou seniors.
CS: J’ai eu la chance de pouvoir jouer un match avec mon père qui restera dans les anales. J’ai eu la chance de faire marquer mon père 😉
JS30: Et inversement Quel est le pire souvenir? 
CS: Mon pire souvenir est la défaite il y a deux ans en tant qu’entraîneur avec l’équipe réserve en Finale du championnat de France Fédérale 3.
RS: Les descentes en division inférieure vécue par le club, on avait le droit à la soupe à la grimace à la maison le dimanche soir (rires) preuve que c'est un vrai passionné et qu'il a ce club dans la peau !
JS30: Qu’est ce que vous aimeriez inculquer à vos (futurs) enfants que vous avez appris de lui?
RS: Beaucoup de choses, c'est un exemple pour moi. Il a vécu des moments difficiles d'ordres médicales, mais a toujours su se relever, un vrai guerrier !
Et puis sa famille est très importante à ses yeux, nous sommes très proches tous les trois (lui et mon frère), on s'appelle tous les jours !
CS: Pour le coup, j’ai deux garçons avec qui je suis très proche comme je le suis avec mon père et mon frère. J’aimerais avoir la même complicité et leur transmettre un amour et des valeurs identiques que mes parents m’ont apporté.
JS30: Qu’est ce que vous avez de lui dire pour finir cet interview?
CS: J’aurai beaucoup de chose à lui dire mais surtout que je suis très fier de lui par son implication, son dévouement, son courage et surtout par l’amour qu’il nous apporte et qu’il transmet aussi à ses quatre petits fils.
RS:  Que c'est un père et un grand père aimant ! Tout ce qu'il fait pour les siens et pour ce club est juste incroyable.


Commentaires