CYRIL RICCI, QU’EST CE QUE TU FAIS PENDANT LE CORONAVIRUS?

Le Coronavirus a stoppé net le monde du sport. Et le sport gardois n'a pas été épargné par cela. Plus de compétitions, plus d'entrainement d'équipe. J'ai décidé durant cette période d'aller à la rencontre des sportifs gardois, des coachs gardois, des présidents gardois et des clubs gardois pour savoir comment ils vivent ce moment inédit. Place au champion du monde de duathlon powerman Cyril Ricci qui m'a répondu de Saint Laurent de Carnols
JS30: Quel est ta situation actuellement? Ou est ce que tu es? Et dans quel état d’esprit?
CR:Je suis actuellement comme beaucoup de français dans l’incertitude de ce qu’il va se passer et de la tournure que vont prendre les événements…
La seule chose dont je suis persuadé c’est qu’il est impérativement nécessaire de respecter les préconisations gouvernementales sur la distanciation sociale comme seul, unique et très efficace moyen De ralentissement de propagation du virus.
JS30: Tu vas continuer à t’entraîner? Tout seul? avec un coach ou avec ton club?
CR: Les mesures annoncées hier me permettent toujours de m’entraîner, et, cela ne change pas beaucoup mon quotidien
Je cours tout seul et je fais du vélo de la même façon...
Ayant la chance d’habiter à Saint-Laurent de Carnols, il m’est possible De réaliser mes entraînements en pleine nature sur des terrains variés sans même croiser personne ..
D’ailleurs hier déjà, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup beaucoup moins de voitures et de circulation que ce qu’il peut y en avoir habituellement
La seule chose qui va  changer ce sont les soins , les séances de kiné et de physiothérapeute, qui je pense pour le moment, vont être fermés.... toujours dans l’optique de couper la transmission du virus durant quelques semaines.
JS30: Qu’est ce qui est prévu à ton programme d’entraînement?
CR: Mais journées se ressemblent assez au niveau de l’entraînement d’un point de vue structurel, seul le contenu varie, évolue, selon la programmation et les différentes phases de travail spécifique.
Toutes compétitions du championnat du monde de Duathlon ayant été reportées jusqu’au mois de juin nous concernant, je vais donc travailler spécifiquement durant cette période.
La saison se terminera fin novembre quand elle se terminait  habituellement début septembre..
Il faudra donc s’adapter, travailler différemment de ce que nous avions l’habitude de faire
Mais c’est un détail au vu du contexte actuel évidemment
JS30: Tu vois la suite des événements de quelle façon? Comment vas tu occuper tes journées?
CR: Entraînement (rires)
JS30: On ne peut pas faire un trait sur ces 8 mois de compétition, que retiens tu de la 1ere partie de saison, quel est ton meilleur souvenir?
CR: La saison de World Series Duathlon a démarré au Portugal ou blessé, j’ai néanmoins réussi à préserver une place honorable.
La performance n’était pas au rendez-vous, du moins la performance sportive, car la performance mentale était bien là ....et je suis allé au bout de moi-même malgré ma blessure et mon très faible volume d’entraînement...
JS30: Allez pour finir, quel est ton message face à ce Coronavirus?
CR: Je ne vais pas jouer les redresseur de torts ni les moralisateur mais les quelques lignes que je vais faire suivre sont très sincères
Notre génération a rendez-vous avec son histoire comme nos ancêtres ont pu l’avoir par le passé dans différentes situations...
Nous avons tous un grand-père une grand-mère ou des arrière-grands-parents qui ont connu la guerre, qui ont vécu une période trouble de l’histoire où leur courage, leur abnégation et leur solidarité nous ont permis de vivre libre à ce jour ...
Gageons de nous montrer digne de leur sacrifice en respectant aujourd’hui simplement les précautions d’usage de distanciation sociale et les règles élémentaires d’hygiène
Ce sera peut-être pour 15 jours un mois… Je ne sais pas
Il ne faut pas céder à l’hystérie collective tout en étant conscient de la gravité de la situation.
Il n’est pas non plus nécessaire de faire des stocks de guerre au niveau alimentaire, de créer la cohue, la pénurie ...
Les grandes surfaces alimentaires sont prises d assaut, les rayons sont vides, mais ce n’est que le résultat de notre comportement complètement anarchique et démesuré.
Je sais que dans ces moments-là, ou l’incertitude est grande, l’instinct de survie, la peur du manque est souvent le plus fort…
Néanmoins, nous devons faire preuve de discernement et de courage pour traverser cette épreuve qui nous rendra plus fort, plus unis et qui je pense, je l’espère, sera le début d’un nouveau système de société.. Je finirai avec une pensée émue à tous ceux qui souffrent, ceux qui n’ont pas survécu à cette maladie....a leur famille et à leurs proches...
Une pensée aussi et un grand merci à tout le personnel soignant et à tous ceux qui permettent la continuité de la chaîne de santé publique
Prenez soin de vous, de vos proches et de nos aînés


Commentaires