DAVID COSTA, QUE FAIS TU PENDANT LE CORONAVIRUS?

Le Coronavirus a stoppé net le monde du sport. Et le sport gardois n'a pas été épargné par cela. Plus de compétitions, plus d'entrainement d'équipe. J'ai décidé durant cette période d'aller à la rencontre des sportifs gardois, des coachs gardois, des présidents gardois et des clubs gardois pour savoir comment ils vivent ce moment inédit. Place aux coachs, entraîneurs, managers général, adjoints ou préparateurs en tout genre. Ma rubrique sur les membres de staffs techniques fait un peu de rab avec l'interview de David Costa qui partage son temps entre le Milhaud Basket Ball dont il est aussi le président et le Nimes Basket. 
JS30: Quelle est ta situation par rapport à ton club ? Et dans quel état d’esprit ?
DC: J’entraîne 3 équipes en club: les U13F de Nîmes (avec ma 3èmefille de 12 ans) et de Milhaud (2 équipes) et la sélection gardoise en U12F. Evidemment tout est terminé côté compétition, la fédération ayant décidé d’une saison blanche. Nous ferons des matchs amicaux et des tournois si c’est possible en fin d’année. J’espère que les filles peuvent continuer à bouger et à manipuler la balle orange sans courir de risque ni en faire courir aux autres. Elles connaissent les exercices à faire pour gagner en dextérité et en aisance avec la balle.
JS30: Qu’est ce que ça fait un coach pendant une crise comme celle que l’on est en train de vivre ?
DC: Je suis médecin généraliste et enseignant à la faculté donc je suis sur le pont pour suivre les personnes qui en ont besoin et je participe également à l’organisation des soins sur notre territoire notamment à la maison médicale de garde. Côté basket, on a la chance d’avoir un jardin avec un panier donc j’entraîne ma dernière fille et nous faisons des 2x2 avec ma femme et mes 3 filles et c’est plus intense qu’un championnat du monde (LOL).
JS30: Tu as des joueuses au tel régulièrement ? Tu les trouves comment ?
DC: J’ai eu quelques parents au teléphoneles filles ont l’air d’aller bien. C’est plus les familles qui prennent de mes nouvelles et qui m’encouragent !
JS30: Quel bilan tu fais de ces 8 premiers mois de compétitions ?
DC: Je suis content des progrès des filles. Elles font de leur mieux, elles ont compris qu’il fallait sortir de leur zone de confort pour progresser et elles prennent du plaisir. Ce sont de belles personnes, et les parents son géniaux. Je suis très curieux des méthodes des meilleurs coachs (basket et hors basket) et je cherche toujours à mieux comprendre le Jeu: je suis allé voir jouer les U15F de Barcelone au tournoi de Lattes : c’est impressionnant !
JS30: Quel est ton meilleur moment de ce début de saison et inversement qu’est ce que tu aimerais changer ?
DC: Mon meilleur moment est d’avoir aider un jeune réfugié à s’entrainer avec nous. Il a eu un parcours de vie incroyable. Il nous a dit à la fin de son premier entrainement que c’était le plus beau jour de sa vie. C’est plus important que toutes nos victoires. Il faut garder en tête les vraies priorités. L’autre moment fort est d’avoir réussi à organiser un stage gratuit d’une semaineavec Mr Ken Dancy : 50 enfants sont venus ! Le pire moment est le décès de Kobe Bryant : ce joueur à la mentalité hors du commun était un exemple et une source d’inspiration pour les sportifs et au-delà. C’était l’ambassadeur n°1 du sport féminin.
JS30: Quel est ton message face à ce Covid19 ?
DC: Il y a tant de choses à dire. Des années que j’alerte sur la fragilité et l’incohérence de notre système de soinsIl sera important d’enfin remettre la Santé au cœur des débats de société.
Maintenant la défiance de la science avec Raoult, Joyeux and co. Il est important de vérifier ses sources d’information.
La crise du Covid19 n’est pas du tout terminée, il ne faut pas encore sortir du confinement. Si vous sortez faire du sport autour de chez vous, surtout faites-le comme il faut : en évitant les autres.
Pour les personnes fragiles ou à risquesquand le déconfinement commencera, je leur conseille de rester confinées plus longtemps que le reste de la population et de voir comment l’épidémie évolue.

Commentaires