BASTIEN VILARET TOURNE DÉFINITIVEMENT LA PAGE RUGBY

Quand l'un est la, l'autre n'est pas très loin... Il y a 4 ans, les frères Vilaret étaient revenus ensemble au Rugby Club Nîmois après un titre de champion de France de Fédérale 1 avec Béziers, avec l'expérience de la ProD2, Bastien s'offrant lui quelques années de plus à Carcassonne. Mais pour les deux frères, l'incompatibilté de projets professionnels et deux corps qui disent de plus en plus souvent stop font qu'ils ont du prendre la décision d’arrêter leur jolie carrière...la ou tout à commencé...Au RCN.
Après Simon il y a deux jours, c'est Bastien qui est en interview sur JuSports30.
JS30: Tu quittes le RCN et arrêtes ta carrière, quelle est ta réaction?
BV: Un peu frustré de cette fin de saison prématurée même si elle aurait été fini tôt pour moi pour une nouvelle blessure importante et un souci au hanche. Trop de chose pour continuer. Mon corps m’a dit stop et avec le niveau de plus en plus élevé de cette fédéral 1, c’est difficile avec un métier comme le nôtre d’associer les deux. Mais je suis très heureux du parcours que j’ai fait, j’ai vécu de très belles choses et des sensations de malade grâce à ce sport. J'ai aussi rencontré la plupart de mes amis. Mais maintenant, j’ai mon entreprise avec mon frère ou je prends encore plus de plaisir que sur le terrain et plein de projet à venir et surtout je vais pouvoir profiter de ma famille le dimanche.
JS30: La saison dernière a été difficile pour le RCN et pas seulement à cause du Covid, qu’est ce qui n’a pas marché à ton avis?
BV: Je pense sincèrement qu’il n’y a rien qui n’a pas marché, ça a été une année charnière pour le RCN avec des départs d’anciens et beaucoup de jeunes en renouveaux, c’est une transition et il faut laisser le temps à l’effectif de prendre de l’expérience dans cette fédérale 1 et retrouver une cohésion d’autant plus que nous sommes tombés dans une poule très compliquée avec de grosses équipes. Les transitions ne sont jamais faciles, il y a eu beaucoup de changements ces dernières années avec une envie de professionnaliser le club donc il faut lui laisser le temps de se construire dans ce monde qui est très différent du monde amateur mais j’ai confiance en l’effectif et aux jeunes en espérant qu’on leur apporte un peu d’expérience pour leur permettre de mûrir.
JS30: Le futur proche de Bastien Vilaret ça va ressembler à quoi? Je suppose que le Glacier (la Dolcezza à Nîmes) va prendre beaucoup de place?
BV: Mon future proche oui c’est de développer le glacier et de continuer à grandir et surtout à satisfaire nos fidèles clients comme nous le faisons depuis 4 ans maintenant. Je vais également avoir plus de temps pour voir ma famille et mes amis et surtout avoir plus de temps à consacrer à ma femme et ma fille qui sont mon plus grand bonheur.

Commentaires