CLAP DE FIN POUR MEL

Une fois de plus, c'est par un message posté sur son compte Facebook que la demi d'ouverture du Rugby Club Nîmois féminin Mélissa Vallauri a annoncé qu'elle mettait un terme à sa jeune carrière. Il n'était plus possible pour elle de concilier études, rugby et arbitrage. Elle a donc choisi d'arrêter de jouer afin de se consacrer à ses études et à l'arbitrage, elle qui postule a devenir arbitre fédérale. Un message rempli d'émotion car il est, comme dans cet interview Clap de fin, forcément question de son compagnon Stéphane Nardy parti beaucoup trop tôt cet hiver. Et avant de partir, Mel, comme elle est surnommée dans le vestiaire, à joué le jeu de l'interview fin de carrière...
JS30: Ton parcours, tes clubs?
MV: J’ai commencé le rugby à l’âge de 7 ans en école de rugby à Saint Laurent du Var ou j’ai passé d’excellentes années. A l’âge de 15 ans je suis partie poursuivre ma passion en Sport étude sur Montpellier. A l’âge de 19 ans j’ai voulu rentrer en 1ere année de médecine pour devenir masseur-kinésithérapeute, or avec la charge de travail je ne peux assurer tous les entraînements et les matchs. J’ai quand même voulu continuer à jouer donc je suis partie sur un club plus familial et moins de prises de têtes sur Nîmes qui étais à l’époque en fédérale 2. L’année dernière nous avons pu monter en fédérale 1 mais cette première année ne s’est pas passée comme prévue car j’ai perdu mon compagnon d’un cancer, qui était entraîneur principale de l’équipe seniors Féminin.
JS30: Ton plus beau souvenir de Rugby?
MV: Je n’ai pas vraiment de souvenirs précis mais je dirais toutes mes années en école de rugby ou j’ai passé en enfance en or.
JS30: Ton plus gros match?
MV: En 15 ans j’en ai fais des matchs … alors n’en citez qu’un c’est compliqué mais plus on grandit, plus on progresse et ces derniers temps notamment j’ai vu une évolution dans mon jeu individuel. Je dirais le match contre la Corse à la maison, ou je fais marqué un essai grâce à un coup de pied rasant à la 78ème minute et ou je passe la transformation collé à la ligne de touche.
JS30: L’équipe qui ne t’a jamais réussi?
MV: J’en ai pas
JS30: La partenaire qui t’a le plus marqué?
MV: J’en ai eu tellement des coéquipiers et coéquipières mais ces dernières années c’est sans hésitez Mathilde Marc, une super joueuse mais pas seulement c’est une très belle personne également. Cœur sur toi si tu lis ça.
JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?
MV: Ça sera pas une surprise, celui qui m’a le plus marqué reste et restera Stéphane, une force de travail, un homme altruiste et généreux. Il donnait sans compter. Passionnant et passionné il était un entraîneur génial.
Mais ce n’est pas le seul, j’aimerai citer également Monsieur Jean Luc Blancafort qui fut mon entraîneur en école de rugby, et je pouvais vous assurer que des entraîneurs comme ça il y en a qu’un sur cette planète. Alors je suis fière d’avoir pu être entraîné par ce super technicien et cette belle personne.
JS30: La joueuse avec qui tu aurais aimé joué?
MV: Aucune
JS30: Le club où tu te serais bien vu jouer?
MV: Depuis petite je suis extrêmement fan du jeu du Stade Toulousain, alors pourquoi pas le Stade, mais bon je suis pour le Rugby, pour ce Sport en lui même, pour le beau jeu, alors peu importe le club.
JS30: Ta plus belle rencontre dans le milieu du rugby?
MV: Sans surprise, Stéphane Nardy
JS30: Ce que tu vas regretter du rugby?
MV: Certainement, la sensation qu’on a après un gros plaquage, après une belle transformation. L’ambiance d’un équipe et ces soirées, ces 3ème mi-temps, les chorégraphies. Mais je suis une compétitrice alors ce que je regretterai le plus sera la victoire, toujours la recherche de la performance, la quête de technique, de physique, de mental. Toujours plus.
JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter?
MV: Les blessures et les prises de têtes avec les coéquipières et/ou entraîneurs.
JS30: Et ce que tu vas faire maintenant?
MV: Apres le drame que j’ai vécu je vais me reconcentrer sur moi, mes études et l’arbitrage. Je garde un pied dans le monde du rugby par l’arbitrage. En effet j’ai été sélectionne pour passer l’oral du concours jeune arbitre à Paris le 23-24 Octobre prochain. L’occasion est énorme, c’est un projet qui me tient a cœur et un challenge individuel également. Stéphane était arbitre Fédéral et c’est pour moi un honneur de continuer ce qu’on a commencé ensemble.
Crédit photo: TPN Rugby


Commentaires