JOUR DE REPRISE À L’OAC

Ravi, heureux, quelle joie de se retrouver!!! Philippe Mallaroni le manager général de l’Olympique d’Alès en Cévennes ne cachait pas sa joie le lendemain de la reprise de son club. Car ce sont 24 joueurs qui avaient rendez vous au Moulinet hier soir à 18h dans le cadre d’un entraînement collectif. Le premier car jusqu’à présent c’était soit un programme individuel soit un programme par petit groupe. Enfin, comme le dit Philippe « on a le sentiment que la saison est partie. On y est. Et on a espoir que tout se passe bien... ». Avec humilité et ambition. Humilité car malgré son recrutement quantitatif et qualitatif, le club alésien ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Par respect pour l’adversaire et parce que au final tout se joue sur le terrain. Ambition car l’OAC veut relever le défi, être le meilleur, être capable d’avoir les épaules suffisamment larges pour accéder au niveau supérieur. Ce sont 9 recrues qui ont foulé la pelouse du terrain d’entraînement. « C’est conséquent » nous dit le manager général. C’est plus d’un tiers de l’effectif. 9 nouvelles personnes mais comme le monde du football est un petit monde, des joueurs qui se sont déjà croisés. « Mais il va falloir réussir à faire l’amalgame. Savoir conjuguer le pluriel et le singulier, le pluriel de la diversité et le singulier de former UNE équipe. Mais on a choisi ces joueurs là pour leurs personnes. Chacun vient avec ses qualités et ses défauts mais on est tous concerné par l’objectif final...à tous les niveaux. Cet objectif porté par le président Didier Bilange. C’est un défi qui nous attend »
Philippe Mallaroni qui rajoutait « De suite, on a vu les nouveaux joueurs très impliqués. Ce sont des joueurs qui ont joué au niveau au dessus pour la plupart. Ils ont le profil de joueurs concernés qui veulent écrire une page de l’histoire de l’OAC et de leur propre histoire. Il y a beaucoup de sérieux. »
Et la suite? À partir de demain, ce sera 3 jours de stage à Mende en Lozère. Un stage de cohésion, pour que ce groupe apprenne à se connaître. Comme le dit Philippe Mallaroni « c’est souvent à ce moment là que tout se joue ». Des rencontres avec les joueurs sont prévues et aussi un gros programme physique « ce n’est pas du tourisme sportif ». D’ailleurs le manager général fera le déplacement avec le groupe pour vivre de l’intérieur cet objectif.
Philippe Mallaroni conscient de l’attente des supporters. Mais comme il le dit, c’est le jeu et on ne veut pas les décevoir. Le staff et la direction sont sensibles aux supporters qui sont l’identité du club. « Je ferai tout pour ne pas qu’on les déçoive, c’est une pression positive » conclut il.

Commentaires