MAXIME PAGES CONTINUE SA PROGRESSION AVEC SARREBOURG

Ils ont connu soit le pole espoir du lycée Daudet, soit le centre de formation de l'USAM...mais il leur a fallu partir pour se révéler. Ils sont 3 et vont découvrir ou redécouvrir pour l'un d'entre eux la Proligue, antichambre de la Lidl Starligue. Andréa Prohaska, Maxime Pagès et Adrien Vergely sont aujourd 'hui en interview sur JuSports30. Une belle saison finie à la 5e place de la Nationale1, un statut VAP pour une commune de 12 000 habitants, une colonie gardoise bien intégrée, un club à la USAM et un numéro 30...qui après quelques matchs avec la Green Team avait été obligé de s'exiler en N1 et qui trouve la juste consécration de l'excellent travail du club du président Reinhardt qui jouera la saison prochaine en Proligue, profitant des difficultés financières de Vernon. Entretien avec Maxime Pagès qui s'éclate en Moselle.
JS30: Tu vas attaquer ta 2e saison avec Sarrebourg et ce sera en Proligue, content?
MP: Content, bien entendu, ma première année s’est bien passée, le club et l’environnement sont parfaits, le travail du président et de son staff nous a mené à la montée, maintenant à nous de montrer qu’on a notre place !
JS30: Ta première saison avec le club mosellan a été plutôt concluante?
MP: Effectivement  dans l’ensemble je suis content même si comme toujours il y a eu des haut et des bas, puis surtout nous avons pas pu la terminer donc on reste sur un sentiment partagé.
JS30: Après l’USAM, tu es parti à Saintes en N1 puis à Sarrebourg là aussi en N1, la Proligue c’était la suite logique et vis tu cela comme un revanche sur le fait que tu aies dû partir de l’USAM pour réussir?
MP: La suite logique je sais pas, mais un objectif oui bien sûr, je donne le meilleur de moi même, la suite on verra !
Par rapport à Nîmes, je n’ai aucune revanche à prendre, il faut savoir partir de la maison, l’USAM m’a éduqué en temps qu’homme et joueur, je serai toujours un enfant de ce club, j’ai l’ADN de l’USAM en moi, même si aujourd’hui j’apprends aussi des autres clubs ! Si il y a bien une chose que je peux dire à Nîmes, c’est Merci !
JS30: La colonie gardoise au SMSHB c’est top, est ce que ça aide à vivre le fait de jouer à l’autre bout de la France?
MP: Effectivement quand le soleil nous manque on se sent moins seul, donc on en rigole entre nous !!
Plus sérieusement, les valeurs du SMSHB sont très similaires à celle de l’USAM, c’est presque logique qu’on se retrouve la bas et qu’on s’y sente bien !!
JS30: Que peut on te souhaiter pour la prochaine saison?
MP: On peut nous souhaiter déjà de finir la saison si la situation sanitaire le permet, et finir cette saison à la meilleure place possible !!

Commentaires