LE BHNM A L’ASSAUT DU VENTOUX POUR BIEN PRÉPARER SA SAISON

C’est un sacré programme que leur avait préparé Olivier Martinez le préparateur physique du Bouillargues Handball Nîmes Métropole. 3 jours sur les pentes du célèbre Mont Chauve. 3 jours de vélo, de rando et de swim and run au Mont Ventoux. Histoire d’attaquer une saison 2020/21 tambour battant car les premiers matchs de la saison seront très importants. Du lundi 10 au mardi 12 août avec des objectifs bien précis...cohésion de groupe et intégration des 3 recrues, Amélioration des qualités d’endurance de base et Développement de la confiance et estime de soi
C’est après avoir couru la veille, le parcours de la course des 3 Collines de St Gervasy réputé exigeant, que le BHNM s’est retrouvé à Bedoin pour prendre le départ à vélo de la mythique ascension du Mont Ventoux. 15 joueuses, 3 membres du staff (Coach Delphine, Prepa Olivier et l’intendant Cédric) plus 2 voitures d’assistance (pilotées par Gérard et Marie-Hélène) se sont attaqués à la fraîche (à midi 😏) aux 21 km d’ascension du versant sud (voie royale) du Mont-Ventoux.
Les filles étaient réparties en binômes dont l’objectif principal était de rallier ensemble la Chalet Reynard, situé à 6km du sommet. Puis, pour les plus « solides », le sommet à 1909m d’altitude.
La difficulté grandissante, nombreuses d’entre elles trouvaient différents stratagèmes d’entraide afin d’atteindre leur but. Mais non sans peine. Lola et Estrella se retrouvaient au sol lancées à plus de 7km/h 😅 en s’entrechoquant après une tentative de poussée dans le dos sur quelques mètres.
Ou encore, Julie et Johanna qui utilisaient la chambre à air de leur kit de secours pour accrocher leurs 2 vélos ensemble et se tirer à tour de rôle. Stratégie gagnante qui leur permettait d’atteindre le sommet en un peu plus de 2h. Stratégie qui fera d’ailleurs des émules au sein du petit peloton nîmois.
Maïlys qui criait à chaque approche de guêpes (assoiffées et en très grand nombre) sur ses mollets saillants ou ses bras tremblants. Elle manquait même de chuter à plusieurs reprises. Isti qui faisait une pause sous chaque arbre qu’elle croisait. Ou encore, Chloé, qui hurlait à l’aide car les vitesses de son vélo ne passaient plus. En réalité, elle avait déjà tout mis à gauche et n’avait plus de vitesses à passer (34/32 pour les connaisseurs). On en était au qu’au 5ème km. Olivier qui sur la longue descente du retour doublait Manon avec arrogance, prenant même le temps de lui lancer un « ça va Man ?», et bim roue avant qui chasse, crevaison. La loose. Heureusement que les voitures d’assistance de Gérard et Marie-Helene étaient joignables et omniprésentes pour nous soutenir, réapprovisionner et dépanner.
Julie qui faisait une réaction allergique à une piqûre de taon voyait sa cheville tripler de volume durant la soirée. Au final, 8 filles ont atteint le sommet et toutes les autres ont rallié le Chalet Reynard à 1417m d’altitude et 15km de Bedoin. Le soir c’est au camping du Pasteury que l’équipe était repartie dans 4 bungalows. Au programme, rami, pétanque ...
Le lendemain, c’était randonnée autour du Ventoux depuis Malaucène (versant nord). Bon, l’équipe n’a jamais revu le sommet tellement elle s’est perdue un nombre incalculable de fois.
Mercredi matin, Aquathlon au lac du Paty. Départ groupé en natation suivi de 1000m de course à pied puis 2eme boucle identique. Le but était de mettre un peu d’intensité avant le retour sur Nîmes.
En fin d’épreuve, le lac turquoise du Paty avait changé de couleur suite au passage épique et ultra rapide des nageuses-joueuses du BHNM au grand damne des baigneurs présents.
Entre temps, Typhanie avait rejoint Julie dans le clan des réactions allergiques aux piqûres de taon et Chloé ne pouvait plus enfiler ses baskets.
C’est après un bon rafraîchissement et le dernier pique-nique du stage que l’équipe reprenait le chemin du retour, fatigué et heureux de retrouver les séances de musculation, piste ou crossfit 😏




Commentaires