TOUJOURS PLUS D'AMBITION AU BOUILLARGUES HANDBALL NIMES MÉTROPOLE

Le Bouillargues Handball Nimes Métropole faisait sa rentrée des classes hier en fin d'après midi. A cette occasion, le président Sylvain Maestrini avait convoqué les élus locaux, la presse et les partenaires du club dans la magnifique Manade Briaux. Les joueuses de l'équipe Une étaient présentes, elles qui arrivaient d'un énième test Covid, le 5e d'après Chloé Roelandt, la pivot bouillarguaise. Après avoir rappelé que la saison dernière s'était terminée prématurément mais aussi que la santé est plus importante que le sport, le président du BHNM rentrait directement dans le vif du sujet en annonçant les objectifs du club. Rappelant qu'il y a un an, presque jour pour jour, il annonçait les PlayOffs, objectif atteint par les filles après leur 3e place en poule de qualification, Sylvain Maestrini répétait que les objectifs seraient sensiblement les mêmes cette saison, saison somme toute très particulière car elle commence par un protocole sanitaire et cette répétition de tests. Samedi soir, à l'occasion de la réception du HB Plan de Cuques en Coupe de France, le président regrettait de ne pouvoir compter sur un gymnase plein en raison du protocole sanitaire mais il se pliait volontiers a celui ci, le club ayant pris ces dispositions afin d'assurer le plus sereinement la billetterie du match. Niveau effectif, le président faisait remarquer qu'il a peu bougé et qu'ils le façonnait chaque année. Leslie Renault en provenance du Pouzin et Maélie Vacheret venant elle de Paris 92, deux gauchères, renforceront le côté droit de l'attaque bouillarguaise. Johanna Lombardo, absente hier soir effectue son retour au club après une demi saison à Bourg de Péage. Le staff reste inchangé au niveau des entraineurs, Delphine Cendré étant toujours accompagné d'Olivier Martinez. Les nouveautés au niveau du staff résident dans les arrivées de l'équipe de l'Atelier du Kiné en complément de la prépa de Martinez, d'Abdou Pic, que les joueuses ont vite adopté, à la proche communication de l'équipe et de Karine Zucker qui aura un role important car elle aura en charge les gardiennes Typhanie Plée, Andréa de la Torre et Mathilde Arnoux. Sylvain Maestrini n'a pas manque de rappeler que le club compte 250 licenciés dont la plus petite équipe est une équipe Baby Hand et que c'est beaucoup de travail pour en arriver la. L'objectif majeur en dehors de l'équipe fanion est de faire briller tous les collectifs et que l'on parle du club de Bouillargues. Un des autres gros objectifs cette saison est de continuer à former des jeunes. le président n'a pas manqué de rappeler sa fierté de voir Manon Lachaize (et pas Lachaiez comme indiqué derrière son maillot 😂) et Clémentine Rival jouer dans ce groupe. Le statut VAP permettant d’accéder à la Ligue Butagaz Énergie n’a pas été demandé cette saison vu l’incertitude qu’il règne sanitairement parlant. Le président Bouillarguais s’est réjouit de ce grand bâtiment devant lequel nous sommes passés en venant à la manade. Le futur gymnase, véritable outil qu’il manquait au club, qui devrait (ou pourrait) être livré, avant la fin de cette année. Un président et son trésorier Philippe Garnier qui n’ont pas manqué de remercier leurs partenaires (Nissan Nimes, les maisons David, Sport2000) de plus en plus importants suite à la décision de l’agglo nîmoise de réduire la voilure en matière de subventions aux clubs sportifs de la métropole. Mais comme l’a dit Sylvain Maestrini « on va se battre, il reste très peu de sports féminins de haut niveau dans la métropole. On veut exister ». Et ça commence dès samedi soir face au HBPC de la remoulinoise Clarisse Wild.






Commentaires