LE GÉNOLHACOIS SARREAUD A L'ASSAUT DE SON 2e DAKAR

Alors que les organisateurs ont présenté hier le parcours du Dakar 2021 qui se déroulera du 3 au 15 janvier, focus sur le copilote gardois Valentin Sarreaud qui prendra le départ de son 2e dakar, deux après une première tentative dans un Dakar 100% péruvien. Le pompier pro de Bagnols sur Cèze natif de Génolhac qui vit à Vézénobres apportera une belle touche gardoise dans cette deuxième édition. Rencontre avec ce papa de deux petites filles qui va laisser sa compagne et sa petite famille pour quelques jours afin de vivre l'aventure du plus grand rallye raid du monde. 

JS30: Salut Valentin, il s'agit de ton 2e Dakar. Raconte nous ton projet 2021 que tu vivras avec le numéro 397?

VS: Salut, oui effectivement, il s'agit de mon 2e Dakar. Ce projet s'est décidé à la fin de l'été, au moment de la rentrée. J'ai été contacté par Bernard Piallat, le patron de PH Sport que dans le Gard on connait bien car ce sont eux qui préparent les voitures de Yohan Rossel. Ce sera au volant d'un Zephyr, construit par PH Sport. On courra dans la catégorie T3 qui concerne les protos et véhicules légers. C'est une référence dans la catégorie.

JS30: Présente nous ton pilote Jean Luc Pisson Ceccaldi et son copilote que tu connais bien?

VS: Jean Luc, c'est un quinquagénaire corse qui vit en Alsace. Un dépanneur passionné par l'automobile mais qui n'avait jamais fait de compet. Il a eu une alerte cardiaque qui a complètement changé sa philosophie de vie. Il s'est offert un Zephyr, a monté une belle structure JLT Racing. Ce sera donc son 1er Dakar. Son but est de se faire plaisir. Pour le copilote Valentin Sarreaud. En rallye classique, je possède pas mal d'expérience mais en rallye raid je n'ai qu'un Dakar et un rallye d'Andalousie. Ce sont deux disciplines totalement différentes. Mais ça me plait car je suis curieux avec une grosse envie d'apprendre, je comprends assez vite. Je suis calme, serein et j'ai une bonne condition physique que je dois à mon métier de pompiers. 

JS30: Ce Dakar 2021 se déroulera pour la 2e année en Arabie Saoudite. Tu avais pris part à l'édition 2019 en Amérique du Sud. Comment se prépare-t-on? Tu l'imagines comment ce Dakar saoudien?

VS: On se prépare comme on peut. Déjà physiquement c'est primordial. Je regarde des vidéos de l'an dernier pour m'imprégner des paysages. Ca peut nous aider pour savoir comment passer une dune correctement. C'est différent d'un rallye. On sait que l'on part de Jeddah et qu'on arrive à Jeddah. La présentation officielle a lieu le 25 novembre*. La trace parfaite, on ne l'a jamais à part le matin même. Je travaille avec mes road-books pour avoir des reflexes. 

JS30: Est ce que tu as appelé Adrien Metge, gardois qui a fini 1er français à moto l'an dernier?

VS: Non, pas du tout. J'ai appelé d'autres personnes mais pas Adrien. On se connait peu, on s'est juste rencontré en 2019 au Pérou. 

JS30: Quels sont vos objectifs sur ce Dakar 2021?

VS: Vraiment arriver au bout. On ne se fixe aucun objectif particulier à part faire le mieux possible. Y aura des galères, on les affrontera. Si y a un résultat à faire, on ne se privera pas. La catégorie T3 c'est la jeune garde du rallye Raid. Le niveau est bon.

JS30: Pour finir on va parler de ta famille, comment vit elle ton futur départ pour l'Arabie Saoudite?

VS: Pour ma famille, ce n'est pas facile. Les petites se rendent pas trop compte. Elles m'encouragent à fond. La plus grande prend conscience que ça va être long comme absence. On a fait un beau travail avec l'école de Vézénobres ou elle est scolarisée et on va essayer de s'y tenir pendant toute la course. 

*L'interview a été réalisé il y a une semaine








Commentaires