SAMUEL HARDY, JEUNE NAGEUR DU NAUTIC CLUB NÎMOIS, REUSSI SES FRANCE A ST RAPHAEL.

Le jeune nageur du Nautic Club Nîmois Samuel Hardy a participé à ses premiers championnats de France de Natation du 10 au 13 décembre 2020 à St Raphael. Qualifié sur son épreuve favorite du 50 Nage Libre, il a participé également au 100 nage Libre en épreuve complémentaire. Le retour à la compétition en bassin de 50m après 10 mois d’absence était particulièrement bizarre. Il a fallu reprendre ses marques. Le contexte était tout nouveau et très particulier avec la mise en place des mesures sanitaires et le huit clos. Samuel Hardy a réalisé de belles performances lors de ces championnats. Sur 50 Nages Libre, il réalise un temps de 23’’68  ce qui le place à la 33ème, 29ème nageur Français. Cette performance lui permet de se qualifier pour les championnats de France en juin 2021 à Chartres. Il améliore son ancienne performance  qui était de 23’’82. Sur 100 NL, il nage en 53’’64 pour une 57ème, 49ème nageur Français. La aussi, il améliore son ancienne performance qui était de 53’’78. Son coach Nicholas Chanal savourait ces deux belles perfs malgré un contexte actuel difficile: "Il réalise ses deux meilleures performances personnelles, lors de ses premiers championnats Elite. C’était une découverte pour lui. Il venait se confronter aux meilleurs nageurs Français pour la toute première fois et il a réussi ses championnats. Dans l’analyse objective de ses performances, c'est un nageur qui progresse. Tout cela ne lui aurait pas été possible sans le soutien de la ville de Nîmes et du club qui ont contribué à créer le meilleur environnement possible dans la situation compliquée actuelle. Lors des dernières semaines, Samuel a bien travaillé et les indicateurs à l’entrainement ont montré qu’il était performant. Il en tirera de grandes leçons et cela aura été un apprentissage fort. Nous avons longuement discuter sur le chemin du retour et ses expériences lui permettent de murir. Nous sommes très optimistes pour la suite. Il aura fallu lors de ces championnats nous remettre dans le contexte actuel tout en analysant les axes de progression. Samuel a vécu des moments de déception car il ne se satisfait pas des performances réalisées. Malgré tout le travail depuis le début de la saison, il ressent de la frustration. Et je partage son sentiment. Nous ne sommes pas arrivés sur ces championnats avec une préparations optimale. A cause du Covid-19 nous n’avons pas pu nager pendant 17 jours. A la reprise, il restait 3 semaines et demi avant la tenue de la compétition. Un grande partie du travail aurait dû être réalisée pendant la coupure. Ces éléments nous ont obligés à remettre en question la planification et à repenser toute la préparation. On s’est adapté, on a innové ! Nous n'avons eu aucun accès en salle de musculation depuis le 29 octobre alors que la préparation physique nous parait extrêmement importante dans l’entrainement. Durant la phase finale (les deux dernière semaines), le bassin olympique de Nemausa a fermé ses portes. Nous étions donc contraints de nous préparer dans un bassin de 25m alors que nous disposons des structures pour optimiser la performance. Tout cela favorise un sentiment de frustration. Le contexte est très particulier, Samuel sait qu’il est capable de mieux et il n’en démord pas. Maintenant, Samuel a pris conscience qu’il y a encore du travail à réaliser au quotidien pour atteindre le niveau qu’il souhaite d’ici la fin de la saison. Il veut encore élever son niveau d’expertise et je l’encourage en ce sens. C’est vraiment « chouette » de pouvoir vivre et partager ces moments avec les athlètes."

Une compétition qui a vu les Alésiennes du Cercle Nautique des Cévennes Alès, Éloïse Michelis et Béatrice Radovici réaliser des Top20 nationaux en allant chercher une 4e place pour la première nommée lors de la finale C du 200m brasse et des 3e et 5e places pour la seconde sur 100 et 200m dos. 






Commentaires