DUMAS TRAHI PAR UNE CARDAN, SARREAUD GRIGNOTE...AVANT LA GROSSE ÉTAPE DE CE DAKAR

Le spectacle était magnifique avec des décors a couper le souffle. Cette 10e étape était synonyme d'étape de transition avant la grosse étape du lendemain, qui servira de révélateur de ce Dakar 2021. Mais cette 10e étape s'est annoncé plus piégeuse que prévue, la faute aux rochers géants et pierres qui ornent la région. Et Romain Dumas en a malheureusement les frais. lui qui pouvait aisément jouer une place dans le Top10 de la spéciale, y a laissé quelques minutes qui le placent à la 23e place à 22'02 du vainqueur du jour, le local Al Rajhi. Grace a cette, quand même, nouvelle bonne performance, l'Alésien gagne une place au général, 43e à plus de 21 heures du leader Stéphan Peterhansel. Des la ligne d'arrivée, malgré la satisfaction de son chrono, le pilote gardois ne cachait pas sa frustration " 23ème chrono aujourd'hui, cela ne reflète pas notre rythme. Je pense que nous avions vraiment la perfo' pour faire un Top 10 sur cette dixième étape du Dakar Rally. Malheureusement, nous avons pris une pierre au niveau du soufflet de cardan et nous avons dû le changer. C'est comme ça... On fera tout pour faire mieux demain avec le DXX RD Limited !"

Valentin Sarreaud a quand a lui, passé une bonne étape, comme il le dit dans son résumé du jour " Inutile de vous spoiler plus longtemps, ce fut une bonne étape pour nous, qui s’est bien passé dans son ensemble. Durant les 70 premiers kilomètres, exemptés de toute poussière, on reprend notre rythme de course de la veille, lorsque tout se passait à merveille. On finit même par rattraper Philippe Pinchedez et Vincent Ferri, nos rivaux directs pour le podium. Autant vous dire que dans le Zephyr, on était galvanisé. Mais rattraper ne veut pas dire dépasser car il faut ensuite vaincre la poussière qui est un formidable allié pour le chassé. Je fais une toute petite erreur de cap, suffisante pour devoir reporter notre attaque à plus tard. Durant la deuxième neutralisation au PK233, on croise notre camion d’assistance et les 4 Zephyr se mettent alors à la queuleuleu pour effectuer un check rapide, changer de roue si besoin, boire et manger. Il reste alors 100km pour voir l’arrivée. Encore faut il passer une énième zone archi cassante où la crevaison vous guette sur chaque sylex. C’est à ce moment que Lionel Baud nous double et que nous perdons du même coup toute la visibilité. On heurte rapidement un gros rocher qui crève le pneu. Le changement est rapide mais deux concurrents finissent par nous passer aussi et nous resteront de nouveau bloquer derrière eux jusqu’à l’arrivée, frustrant. On a envie de bonnes rafales de vent pour effacer tout ça. Les écarts sont faibles sur ce chrono mais nous reprenons tout de même 8 minutes au 3ème, il en reste 18 maintenant. Demain il va falloir abattre nos cartes car nous sommes focus sur ce podium que nous ne voulons pas abandonner. On le veut !" Une bonne journée au cours de laquelle le copilote de Genolhac et Jean Luc Pisson-Ceccaldi son pilote ont repris 8 minutes dans la lutte au podium des T3...8 qui aurait pu être 9 sans une pénalité de 1 minute pour un dépassement de vitesse dans une zone neutralisée à 30 km/h. 26e de l'étape en catégorie véhicules légers reviennent dans le top20 de cette catégorie. Tout va donc se jouer dans la 11e étape pour eux en vue du podium T3...





Commentaires