RENCONTRE AVEC ALEXANDRE DELETTRE

Pour un coup d'essai, ça a été un coup de maitre. Néo pro depuis janvier, Alexandre Delettre s'alignait pour sa grande première sur l'Étoile de Besseges, à domicile lui qui vit à Bellegarde, théâtre de la première étape de la course chère au regretté Roland Fangille. Et le coureur de poche de la Team Delko à reussi a s'emparer du maillot de meilleur grimpeur sur ses terres, pour ne plus le quitter jusqu'à l'arrivée à Alès. Rencontre avec un espoir du cyclisme français...devenu gardois à l'âge de 12 ans.

JS30: Première course pro, 5 jours avec le maillot bleu de meilleur grimpeur. Tu ne pouvais rêver mieux comme début?

AD: C'est un super début pour ma 1ere course pro. C'est encourageant. Je n'avais pas d'objectif particulier en arrivant à part faire le travail d'équipe. Je voulais surtout être présent, me faire plaisir et si possible prendre des échappées. 

JS30: Raconte nous un peu ton parcours. Comment te définirais tu? 

AD: Je me considère comme un coureur complet. (je lui glisse le terme puncher). Oui un puncher, j'aime bien. Je me débrouille un peu partout. C'est une bonne description. Je suis arrivé dans le Gard à l'âge de 12 ans*. J'ai commencé le vélo à 7 ans un peu par hasard. Mes parents m'ont inscrit dans un club et j'ai adoré. Je ne faisais pas de sport et ça a été la révélation. Depuis je ne me suis pas arrêté.

JS30: Tu arrives sur l'Étoile de Bessèges, qui plus est dans ton département. Tu avais décidé de te montrer coute que coute ou ça s'est fait comme ça par un aléas de course. 

AD: C'est vraiment une découverte. Je voulais être présent. Mais mon équipe, la Team Delko, m'a désigné pour être à l'avant car j'étais à domicile. 

JS30: Meilleur grimpeur de cette 51e édition avec un plateau très relevé (Bernal, Thomas, Nibali, Van Avermaert...), tu réalises deux jours après?**

AD: Je réalise que j'étais avec de grands champions. je les regardais à la télé il y a quelques mois. Je me dis que je cours avec eux maintenant. C'est encourageant!

JS30: Maintenant quel est ton programme?

AD: La Classique Drome-Ardèche les 27 et 28 février. Paris-Troyes au mois de Mars. Mais le calendrier est assez incertain à cause de la pandémie. 

JS30: Pour finir, le Tour de France, c'est un rêve?

AD: C'est le rêve de tous cyclistes. C'est la plus belle course du monde. C'est ce qui m'a bercé depuis tout jeune. Ce serait un aboutissement. 

*à Vauvert ** Cet interview a été réalisé mardi




Commentaires