CLAP DE FIN POUR JENNY

J'ai eu la chance de pouvoir interviewer une légende du rugby féminin. La native de Bagnols sur Cèze Jennyfer Troncy, celles que ses coéquipières surnommait Jenny la Gitane, a décidé de mettre un terme à sa carrière. Après 28 ans de rugby, la demi de mêlée gardoise aux 12 finales sur les 13 dernières années a raccroché un soir de défaite, le week-end dernier, sur la pelouse du stade Ernest Wallon face a l'ASM Romagnat Rugby Féminin en demi finale de ce championnat de France qui l'a consacré sept fois. Jenny c'est aussi l'équipe de France sous toutes ces formes, à 15, à 7...c'est les JO, le tournoi... Jenny c'est surtout comme le disait son manager à Montpellier Pascal Mancuso, l'incarnation du rugby, quelqu'un qui mange rugby, qui dort rugby. C'est surtout peut être la plus grande la plus grande rugbywomen qui tire sa révérence. 
JS30: Salut Jenny, ton parcours, tes clubs?
JT: Salut Ju, finalement je n'en ai connu que 2, le RC Bagnols-Marcoule pendant 8 ans et le MHR pendant 20 ans. Ah si, l'autre gros morceau, c'est l'équipe de France d'abord A, la réserve, puis à 15 et à 7...
JS30: Ton plus beau souvenir de rugby?
JT: J'en ai plusieurs. A 7 c'est les JO. Tu donnes tout pour arriver aux JO. A 15 c'est la coupe du monde en 2014 à Paris avec un super groupe. Et mon 1er titre en 2007 avec le MHR.
JS30: Ton plus gros match?
JT: En rugby à XV, la victoire contre l'Angleterre à Grenoble pour le tournoi des 6 nations en 2014.
JS30: L’équipe qui ne t’a jamais réussi? 
JT: Les canadiennes, elles nous privent de finale en coupe du monde. Et aux JO on perd contre elles en 1/4 de finale.
JS30: La partenaire qui t’a le plus marqué?
JT: C'est compliqué de désigner des partenaires, chacune d'elles m'ont marqués à leurs façon!
Mais je met une mention spéciale à Marjorie Mayans, élue l'une des meilleurs plaqueuse de la coupe du monde à XV et égale à elle même dans le rugby à 7. Elle est aussi travailleuse et désireuse de toujours être au plus haut niveau. C'est une personne qui donne envie de se dépasser quand tu es sa coéquipière.
JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?
JT: Entraîneur à Montpellier Christophe Ernoux et Nicolas Roger, mes premiers entraîneurs à Montpellier. En France à XV Mathieu Codron, Philippe Laurent et Roland Puig, c'est grâce à eux que j'ai pu m'imposer en équipe de France. En Rugby à 7 David Courteix qui est un passionné du rugby et avec qui on pouvait partir à la guerre les yeux fermé!
JS30: La joueuse avec qui tu aurais aimé joué?
JT: Stéphanie Provost et Julie Pujol les demies de mêlée en Équipe de France alors que j'étais en France A . C'était un peu mes modèles!
JS30: Le club où tu te serais bien vu jouer?
JT: Nulle part ailleurs qu'au MHR. Je reste à Montpellier (rires)
JS30: Ta plus belle rencontre dans le milieu du rugby?
JT: Mes plus belles rencontres, j'en ai beaucoup après toutes ces années (rires). Difficile d'en distinguer une plus qu'une autre!!! Elles se reconnaîtront car ce sont devenues mes amies.
JS30: Ce que tu vas regretter du rugby?
JT: Le vestiaire, les avants matchs, le match. Le dimanche je vais me réveiller et il va me manquer quelque chose. 
JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter? 
JT: Les déplacements...Quand tu es jeune ca va encore mais en vieillissant.
JS30: Pour finir qu’est ce tu vas faire maintenant? 
JT: Je reste sur montpellier. Le club m'a proposé de devenir éducatrice sportive et d'entrainer les cadettes. Je veux apporter mon expérience.





Commentaires