CLAP DE FIN POUR MAÉ...

"Je connais Maïlys depuis qu on a 15-16ans, on a fait équipe de France jeune ensemble. Des anecdotes j'en ai plein mais je voudrais pas gâcher l image de jeune fille modèle qu elle s est faite (rires). Elle est inépuisable... Après 1h30 d entraînement, tu galères a mettre un pied devant l autre, t as du mal à reprendre ton souffle. Elle a couru un marathon pendant l entraînement et elle te tape la discute comme si de rien n était. Ça en est rageant". "Je suis tentée de dire tellement de choses sur elle (rires) mais bon c’est pas l’heure de ressortir les dossiers. C’est la plus nature de l’équipe. J’ai un souvenir de l’époque où Chantal Maïo nous coachait, on se marrait pas tous les jours avec Chantal, on n’osait pas trop l’ouvrir. Pendant les étirements de fin de séance, Maé en détente, avachie par terre, lui lance comme elle l’aurait fait à un élève qui a fait une connerie : « Chantal, viens là. ». On s’est toutes regardées avec de grands yeux, même Chantal. A ce moment on s’est dit qu’elle avait complètement craqué, Chantal est venue, puis Maé lui a seulement demandé l’horaire de la séance du lendemain. Elle avait parlé à la patronne comme à ses gamins sans s’en apercevoir... du coup gros fou rire, elle est comme ça, Maé ! C’était mon « budy » à l’entraînement et pour les déplacements. C’est elle qui m’a convaincue de devenir institutrice un soir de retour de match où on a fait l’apéro toutes les deux jusqu’à pas d’heure". "Maé dernièrement on l’appelle timer !! Quelqu’un de passionné d’entier, toujours a 300% dans ce qu’elle fait, jamais de tricherie selon notre cher préparateur physique en même temps c’est l’une de ses chouchoutes! (rires) Maé c’est la meilleure personne de ce groupe, copine de chambre, de passes, mon ailiere ! Beaucoup de moments partagés sur et hors des terrains en 5 ans .. et ce n’est pas terminé ! Une personne en or" Au moment de faire l'interview Clap de fin, j'ai demandé à 3 des filles qui l'ont le plus côtoyé de me faire l'intro et je n'ai pas été déçu. Entre anecdotes et rires, Johanna Lombardo, Jane Charbonnel et Estrella Piq ont fait mieux que de jouer le jeu pour parler de leur amie. Puis j'ai pris mon téléphone et j'ai appelé Maïlys pour faire cet interview. Toujours très disponible, souriante et pétillante...comme sur un terrain, sauf quand elle râle diront les mauvaises langues (rires), la nouvelle retraitée du hand Bouillarguais s'est prêté au jeu de cet interview toujours un peu spécial.

JS30: Salut Maïlys. Ton parcours, tes clubs?

MVDV: Salut Ju. J'ai commencé le hand a l'âge de 6 ans dans les Ardennes. Puis j'ai eu le choix entre le pôle espoir de Dijon ou celui de Metz. Je suis partie à Metz car c'était le plus proche de chez moi. J'ai alors joué a Yutz en -16 et -18 puis j'ai rejoint assez rapidement l'équipe Une en N1 puis en D2. Et je suis arrivée à Bouillargues il y a 7 ans en août 2014.

JS30: Ton plus beau souvenir de Hand?

MVDV: Le titre de championne de France de N1 avec Bouillargues. Une belle journée et une belle soirée. Et ce dernier week-end en second on a géré et il y avait de l'émotion car c'était mon dernier match.

JS30: Ton plus gros match?

MVDV: Je sais plus l'année, l'an dernier ou l'année d'avant. Face au Pouzin a Bouillargues. Je sais plus si on avait gagné...je crois pas. Mais parents étaient là et j'avais fait un super match. Ce week-end, je me suis éclaté même avec seulement 20 minutes de match.

JS30: L’équipe qui ne t’a jamais reussi? 

MVDV: Sans hésiter, Plan de Cuques. Je pense que j'ai jamais gagné face à cette équipe.

JS30: La partenaire qui t’a le plus marqué?

MVDV: La liste va être longue, une seule c'est impossible. Myrtille Meslet Tourneux et Cindaille alias Cindy Hericourt quand je suis arrivée ici. Forcément... Estrella, Julie, Pauline, Chloé...je pourrais toutes les citer. Mes deux copines Jane Charbonnel avec qui j'ai passé 3 ans extraordinaires et Johanna Lombardo. Handballistiquement Mouna Chebbah même si Chloé Roelandt est pas mal de ce côté là.

JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?

MVDV: Ma premiere coach dans mon premier club. Sylvie Peridont. C'est elle qui m'a fait aimer le hand.

JS30: La joueuse avec qui tu aurais aimé jouer?

MVDV: J'ai droit à un joueur? Parce que Luc Abalo, il est trop fort! Pour la joueuse, Estelle Nze-Minko. Super joueuse et humainement, elle doit être top.

JS30: Ce que tu vas regretter du hand?

MVDV: Les fêtes d'après match, le collectif, les copines, les délires dans le minibus lors des déplacements, les collations, la vie de groupe.

JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter? 

MVDV: Les déplacements et le fait que je vais avoir des week-ends maintenant.

JS30: Et maintenant, qu'est ce qu'elle va faire Maïlys VanDeVoorde?

MVDV: Boulot à fond et de la course a pied. Le hand n'était plus trop un plaisir. Déjà l'an dernier, je m'étais posée la question de continuer ou non mais je ne voulais pas finir sur le Covid. Je vais rejoindre la Bombonera, le club de course a pied d'Olivier notre prépa physique. Je veux avoir beaucoup plus de temps pour aller voir ma nièce qui va arriver au mois d'Aout, pour ma famille et mon copain. Du temps pour eux...

Crédit photo: Just Focus/Steven George



Commentaires