SENI N’A RIEN PU FACE AU BERGERACOIS BESSE

La pluie s’est invitée ce premier week-end de juillet sur les pentes de l’Aigoual à l’occasion de la 18ème édition du trail du Mont Aigoual. Une pluie qui n’a pas découragé plus de 400 trailers, bien au contraire, qui allaient en découdre sur 3 parcours différents. Sur la distance phare du 37 kilomètres, c’est le trio Christophe Besse/Rudy Rucinski et le gardois Gilles Seni qui a animé la course. C’est d’ailleurs ce dernier qui nous raconte ses 3 heures de courses de cette deuxième manche du challenge gardois des Trails  " Dès le départ de la course est assez rapide. Ce n'est semble t'il pas le jour pour faire du tourisme. La pluie et l'allure n'étant pas adaptées on dirait. Alors je m'accroche en 5-6eme position et j'essaie de contrôler la tête de course. Au km 2-3, il y a un, qui ne veut pas que je le cite, vient nous lancer les hostilités...et là c'est parti... la course est vraiment lancée. Finalement il reprend sa place mais les hommes costauds du jour sont lancés (rires).Au km 7-8 je ne vois plus le premier*, mais à 300m il y a le second et le troisième dans les 200m! Rien n'est joué la route, pluvieuse sera longue. Au premier ravito, km 9,5, je suis avec le troisième pour un ou deux kilomètres puis je le lâche enfin. L'objectif est donc d'aller chercher le deuxième... ce n'est que 6-7km plus tard que je le reprendrais vraiment ! Un métronome. Il est très solide.  On court partout... Il m'aura vraiment tracté pendant longtemps et il aura fallu que j'aille le chercher. Il oscillait entre 30 et 100m depuis le kilo 10 jusqu'au 20eme, soit au sommet de l'Aigoual.  J'ai quand même eu le temps de voir un gros cèpe (rires). A ce ravito, km 20, le premier est à 4'... énorme, il est solide ! Avec le deuxième on se tire la bourre pendant 6-7km... je suis enfin un peu devant mais je n'arrive pas à le décrocher. Je me dis qu'on doit vraiment faire le job pour revoir peut être le premier... mais en fait non. .. il gagne du temps sur nous. Avec Rudy, une fois les présentations faites, on décide de collaborer pour faire au mieux en chrono: objectif 3h et surtout on ne veut pas se faire reprendre... Sur ce dernier point, on ne sait pas où sont les gars derrière. Enfin le ravito du km30, dans la vallée du bonheur. On retrouve nos  assistances respectives, qui ont aussi sympathisées. Et ils ont bien compris que désormais nous avions rangés nos armes et que nous collaborons ! L'idée de couper la ligne ensemble grandit. Nous passons des relais dans ces derniers kilomètres mais le premier est intouchable on le sait puisqu'il a 6' d'avance. Ça monte encore un peu avant l'arrivée, 200D, on marche enfin un peu dans les gros pourcentages. Puis dernière descente engagée et c'est l'arrivée qui se présente. Je visais 3h, je termine bras dessus bras dessous avec Rudy en 3h00'06. Objectif rempli. Trail pluvieux mais heureux". Sur cette distance, l’Héraultaise Evelyne Cance n’a laissé aucune chance à ses adversaires reléguant la Millavoise Sahraoui à près de 20 minutes. Sur le 15 kilomètres, c’est le local Simon Carrière du Vélo Club du Mont Aigoual qui s’est imposé, la nîmoise Jana Lelut s’imposant chez les féminines pour la 4e fois. Bertrand Gras et Marine Monzo sont eux les grands vainqueurs du 8 kilomètres. 

*Le Bergeracois Christophe Besse aura fait toute la course en tête pour s’imposer en 2h53’58"




Commentaires