LES KROKO MERITAIENT MIEUX

Les joueurs de Raphael Facchini n'ont pas à rougir de leur défaite 2/4 face à une équipe de Gap qui fait partie des favoris de cette Poule de D3. "On ne se donne pas d'excuse mais le début de préparation du championnat a été chaotique. On a fait un match de prépa face à Lyon pour retrouver des sensations mais une semaine avant le début du championnat, il y a eu un gros problème à la patinoire. On a seulement repris l'entrainement 2/3 jours avant le match de Gap. Du coup on était pas prêt". Sans se chercher d'excuses, le manager nîmois Raphael Facchini pestait un peu contre le manque de préparation de son équipe au moment d'affronter les Rapaces de Gap. Parce que "au de la de ça, le match s'est bien passé. Le groupe vit bien ensemble. La mayonnaise prend avec les anciens et on a des nouveaux qui font office d'anciens car ces des mecs qui ont 25/40 ans. il nous manquait des "papas". Ca s'est vu sur la glace. Malgré un banc amoindri, qui ne comptait que seulement 13 joueurs, on  a fait jeu égal. On a pris un but contre le cours du jeu sur une erreur d'Erwan Jaouen, notre gardien, qui s'est bien repris après, au point d'être élu joueur du match. Ce premier but encaissé à mis Gap de suite dans le match et nous ça nous a mis un coup de bambou. Après, le jeu s'est équilibré mais ils ont été plus réaliste que nous...". Plus réaliste lors du premier tiers temps ou les Gapençais vont prendre deux buts d'avance qui vont s'avérer suffisant. En deux minutes, aux 4e et 6e minute, par le tchèque Roman Vondracek qui va être le bourreau des Kroko avec 3 buts marqués lors de ce match, et Mahé Forestier, les hockeyeurs des Hautes Alpes faisaient le break. Ils avaient la bonne idée de marquer les premiers au début de chaque tiers temps. Mais les nîmois ne lâchaient rien et menés 0/3 puis 1/4, ils revenaient à chaque fois par Clément Gras puis Jordan Agliardi. Le score final de 2/4 laissait beaucoup d'espoir avant de recevoir le 9 octobre pour un derby les Castors d'Avignon de ses anciens joueurs Lilian Torres et Julien Guimmoneau.


Commentaires