J’AI FAIT LA NOCTURNE

Les derniers jours d’entraînement sont plutôt difficiles à appréhender, les jambes sont lourdes. Un petit peu plus d’un mois d’entraînement, avec un programme hyper détaillé, pour une bonne cause, la lutte contre la déficience visuelle en soutenant la recherche sur les maladies occulaires. C’est ça la nocturne. Des gens venus de tous horizons, présents un vendredi soir dans les Jardins de la Fontaine pour prouver que tout est possible. Courir en nocturne...pour cette cause que défend le Lions Club depuis des années. Mais Lucie, elle, s’est rajoutée un défi. Courir...tout simplement. Ado pas super sportive, elle s’est décidée à la fin de l’été à participer le 1er octobre aux 5 kilomètres de cette course pas tout à fait comme les autres. L'entrainement pouvait commencer. Deux kilomètres puis trois, 20 minutes puis une demi heure...rien n’est facile mais elle se prête au jeu. L’inscription est proche et à partir de ce moment là, il n’y aura plus d’échappatoire. Ça râle souvent...beaucoup même!!! Mais ça progresse. Et ce n’est pas la petite blessure une dizaine de jours avant le départ qui va changer quelque chose. Le grand jour arrive, forcément les doutes sont là aussi. Dans les coins sombres du Jardin de la Fontaine, elle est la, ne dit guère de mots. Un sourire quand elle reçoit des encouragements, une drôle de mou quand son oncle lui promet un nouvel Iphone si elle finit devant lui... Il est l'heure de rejoindre le sas de départ. Une fois le pass sanitaire contrôlé, plus question de faire marche arrière, la blessure est oubliée. C'est parti, ça se frotte dans le premier virage...sous le regard de Diane et de la Tour Magne. C'est parti pour 5 kilomètres et le passage sous les plus beaux monuments nîmois dont les Arènes. Rien ne sera facile, elle le sait...elle marchera même à certains moments. Mais c'est pas grave, l'objectif est de passer cette ligne d'arrivée. Elle reprendra du poil de la bête quand un groupe de jeunes l'encouragera ...quelques secondes après un gros ras le bol car elle n'arrive jamais cette fichue ligne d'arrivée. Et puis, la voila finalement, un peu plus de 40 minutes après le départ, certes loin de la marseillaise Cyndie Sabattini qui termine première féminine (en un peu plus de 16 minutes) mais l'essentiel est ailleurs, la au milieu de tous ces coureurs qui une fois l'arrivée franchie reste la...en plein milieu. Des coureurs pas comme ceux que l'on trouve sur toutes les courses. Alors bien sur, l'homme en forme du running gardois Sébastien Smargiassi est la, Seb Méjan et Sacha sont la aussi Mais dans cette foule de plus de 1300 coureurs, on trouve quelques rugbymen du Rugby Club Nîmois, Sylvain Maestrini, le président du Bouillargues Handball Nîmes Métropole ou "Sanglier" et "Moscato" les vétérans poulxois devenus vététistes... Mais Lucie ne les a pas vu, trop occupé a passer SA ligne d'arrivée. Elle tombe dans les bras de sa mère qui l'accompagnait et de son oncle, qui une fois son parcours fini, est venu la soutenir...tant pis pour l'Iphone (rires). Elle a réussi son défi...pour une bonne cause et pour se prouver à elle même que c'était possible. 


Commentaires