LA JDA DE CHRISTOPHE MAZEL FAIT RESPECTER LA LOGIQUE À BOUILLARGUES

16/17 a la 40e minute…qui sait ce qui se serait passé si les joueuses du Bouillargues Handball Nîmes Métropole avaient réussi à passer devant et faire douter les dijonnaises? On ne le saura jamais mais ce qui est sûr c'est que c'est a moment que les gardoise ont commencé à baisser de rythme, les pensionnaires de Ligue Butagaz Énergie augmentant le leur. Et le constat fut implacable !!! Le match venait de basculer définitivement côté bourguignonne. Pourtant au terme d'une première période assez fermée, les joueuses de Delphine Cendre, privées de Chloé Roelandt et Camille Denojean au poste de pivot mais profitant du retour de Mouna Chebbah, restaient au contact des joueuses du nîmois Christophe Mazel. Et ce malgré, une période de huit minutes sans le moindre but. Mais la JDA se montre maladroite, Typhanie Plée met en échec les attaques dijonnaise et permet a Bouillargues de revenir aux vestiaires seulement mené de deux buts 10/12 au grand dam du coach gardois de Dijon "On fait une première mi-temps un peu poussive où on les laisse revenir, on fait trop de cadeaux, on perd neuf ballons je crois". Au retour des vestiaires, Dijon tente d'accéder mais le BHNM a encore du gaz et Clémentine Rival excellente sur son aile, Enola Grollier intraitable sur les jets de 7 mètres et la capitaine Julie Godel ramènent les gardoises à 16/17. La suite? Le manque de profondeur de banc, de repères d'une Mouna Chebbah qui jouait ses premieres minutes officielles cette saison et les dijonnaises s'envolaient au score. De 16/17, le score passait a 19/27 en quelques minutes. La messe était dite. Dans le sillage de Manon Lachaize et Marion Lahcene, pourtant cramée par un match plein, Bouillargues finissait mieux et venait échouer a 27/34. La qualification était passée, la capitaine Julie Godel était lucide a la fin du match " La division d'écart s'est faite ressentir, c'est un rouleau compresseur même si c'est pas une équipe qui joue le podium de la D1. Y a une division d'écart et on l'a ressenti. Physiquement, dans l'imact, dans tout ça c'est ressenti. On a tenu ce qu'on a tenu, je pense qu'on peut être fières de nous mais on a perdu un peu trop de ballons, on aurait pu faire un peu mais c'est la logique et on a pas à regretter". La fête avait été belle. Place maintenant au championnat et a un déplacement a Noisy, équipe en forme en ce moment.


Commentaires