VÉNI VICI...ET VIDI

Reportée à deux reprises, la troisième tentative a été la bonne. La première édition de la Véni Vici a enfin eu lieu, avec quatre distances proposées, 65 kilomètres seul ou en relais, 23 kilomètres et 12 kilomètres et une balade gourmande de 13 kilomètres entre Argilliers et Uzès. Si le palmarès à consacré le local, l'Uzétien Emmanuel Gault sur 67 kilomètres mais aussi la Beaucairoise Lorraine Robin et le duo Audrey Malosse/Rémi Dauce sur la même distance, il a vu aussi le Suisse de Lausanne, qui a une maison familiale dans la région, Arno Richard et la vauclusienne Coralie Blanchard s'imposer sur 22 kilomètres et enfin un autre local, venu lui de Saint Maximin à coté d'Uzès, Colas Merceron et Jeannette Widmer triompher sur le 12 kilomètres. Et au milieu de ces plus de 4000 participants, qu'ils soient athlètes confirmés ou anonymes, débutant ou ayant avalés des centaines de kilomètres, tous voulaient être présents à la première édition de cette course aux 2000 ans d'histoire entre Nîmes et Uzès, à la rencontre de monuments romains plus invraisemblables que les autres... Ils sont 6, autant différents que ceux qu'ils ont été heureux de franchir leur ligne d'arrivée, le grand vainqueur Emmanuel Gault, Bastien Jannetta, Clément Jaymond, Nico Schwartz, Aline Coquoin et Emilie Perchey, a vous raconter LEUR Véni Vici...

Il y avait encore, quelques jours après, des étoiles dans la voix du vainqueur du 65 kms Manu Gault qui a bouclé ce parcours en 5h22'46" "C'est un parcours absolument magnifique. Habitant Uzès, je connaissais au moins la fin. Depuis quelques années, je me disais que si quelqu'un avait l'idée de ce concept, ce serait tout simplement génial. J'étais vraiment content que quelqu'un ait monté ce parcours. Ca a été mené de main de maitre. On a pas traversé que le Pont du Gard, c'était un parcours très riche. Sportivement, il y avait de bonnes montées cassantes et le parcours était exigeant. L'arrivée au Pont du Gard, il faut la mériter. La fin c'était du pur plaisir. On passe juste avant l'arrivée à la vallée de l'Eure dans un dernier petit tunnel ou l'au passait il y a 2000 ans. Un très beau moment. Perso, je tenais à m'inscrire à cette course même si c'était un gros risque pour moi car je participe avec de l'ambition à la Sainté Lyon dans 15 jours. mais 5000 coureurs dans une course dans ma ville, c'était impensable de ne pas y participer. Ca me tenait à cœur de gagner chez moi et d'offrir cette victoire dans notre département à l'AC2A Team trail qui m'a accueilli les bras ouvert". 

Même son de cloche chez le réputé trailer venu d'Argilliers Bastien Jannetta qui termine 3e du 22 kilomètres en 1h31'29" " Après un bon échauffement , le start sur le pont du Gard est magique : quelle idée extraordinaire d’organiser une course qui sublime aussi bien le patrimoine de la région ! Jusqu’à Argilliers je connaissais le parcours alors tout roule, un peu trop vite sûrement. Après le kilomètre 13 quelques bosses et relances me font mal et je coince dans le dernier kilomètre de la montée de la vallée de l’Eure . je suis tout de même super content d’avoir couru à la maison sur un parcours vraiment bien pensé et superbement bien organisé !! Et au final ça m’a fait un bon week end bloc en préparation de la Sainté Lyon qui sera le dernier gros objectif de la saison"

Clément Jaymond, 120e du 22 kms en 2h04'25, aussi est venu en voisin, de Lédenon ou il a l'habitude de courir dans la garrigue nîmoise en avait hâte d'en découdre avec ce beau parcours "Après trois reports, j’avais vraiment hâte de pouvoir participer à cette course. Il m’a fallu une heure pour récupérer mon dossard 3088. Le temps était idéal, sec et ensoleillé. Samedi 13 novembre, 15h, le départ de la 3ème vague des 22km est lancé face aux légionnaires, aux pieds du Pont du Gard. J ai tout de suite mis de la vitesse ( plus que pour toutes mes autres courses). Arrivé à Saint Maximin, les crampes sont apparues et m'ont obligé à ralentir l'allure. Quatre minutes m'ont éloigné de mon objectif qui était de terminer ces 22,460 km en moins de 2h... Le parcours était juste magique, le pont du Gard, les vestiges, les routes usées par le passage des chariots, les monotraces… jusqu’à la place de l évêché"

Pour sa deuxième course et avoir été fait Gladiateur lors du NUT, quelques mois après s'être mis à la course à pied, c'est en voisin venu de Collias que Nico Schwartz, 594e du 12 kms en 2h04, était venu pour devenir...centurion "Ca a été une course très sympathique, agréable dans son ensemble mais très très joueuse également, parfois trop, créant quelques minutes d'attente avant de pouvoir passer les obstacles. Un joli parcours nature avec de nombreux monotraces, peut être trop également afin de ne pas être gêné pour courir à son rythme. Mais la découverte des vestiges de l''aqueduc est magnifique, et lorsque vous arrivez aux abords du Pont du Gard, le summum de la course, car il vous redonne le sourire, grâce à sa splendeur, son charisme, et son histoire, afin de finir sur un bon tempo les derniers kilomètres, malgré des jambes qui piquent sévèrement, afin de passer la ligne d'arrivée avec un sentiment de Victoire. On est venu et on a vaincu"

Aline Coquoin est venue de Poulx avec son mari Jean Mi pour se faire plaisir sur ce superbe parcours. Ils termineront ensemble, finishers, 644 et 645e du 12 kms en 2h08'37" "Pour nous, ça a été départ à 9h, dans le froid, super contents de participer à une première historique au final! Un parcours technique, avec cinq premiers kilomètres courants et ensuite des cailloux, des collines, des montées, des descentes, un parcours joueur en fait! Et surtout des paysages magnifiques, des montgolfières au-dessus du pont, le sentiment d'être des privilégiés, et se dire que c'est pour ce genre de parcours que l'on fait du trail!"

Venue à la course à pied en 2019 avec l'objectif de participer à cette Véni Vici, Emilie Perchey, 429e du 12 kms en 1h52'22", venue de Saint Hilaire d'Ozilhan, avec sa meilleure amie Sandrine Pinto, s'est éclatée malgré une blessure " En décembre 2019, on se mettait à la course à pied avec ma meilleure amie Sandrine, puis on s'est lancé notre 1er challenge de 13 kms en s'inscrivant à la Vini Vici de notre beau Pont du Gard ! Après deux reports à cause de la Covid19, nous voilà enfin le 18 avril 2021 sur le point de départ. Malgré une blessure au mollet qui m'empêche de m'entraîner comme je le souhaite, je décide de la faire quand même, le repos forcé ce sera pour après! 1ère course en mode trail au Pont du Gard, c'est parti pour un départ en musique animée par l'animateur, une énergie de dingue et une adrénaline qui nous empêche d'avoir froid à 6 degrés, un superbe parcours avec des passages sur les vestiges, un passage privilégié dans la propriété du château de St Privat, des plateaux avec des vues magnifiques, de belles montgolfières pour agrémenter notre beau Pont du Gard. Un vrai Trail avec des montées parfois à la limite de l'escalade, des descentes où on s'accroche parfois à des cordes pour ne pas glisser, et pas mal de bouchons dû au nombre de participants mais aussi dû aux monotraces où il est difficile de doubler...en bref, je pense un bon dénivelé mais de supers paysages. Sans oublier que l'organisation est au top ! Ca a été une super première expérience pour nous, une course pas facile mais tellement belle qu' on a hâte de pouvoir recommencer l'année prochaine!"



Commentaires