LAURENT VICENTE (AC2A) A CLOT UNE BIEN BELLE SAISON DE COURSE EN MONTAGNE

Cette saison, le pensionnaire de l'AC2A Laurent Vicente a participé à la coupe du monde en montagne. Une Coupe du Monde relookée,  nouvelle formule après l'année Covid et ses annulations. C'était en effet le retour à la compétition dans un nouveau format selon trois formules: la montagne normale (20 kms en montée pure pu montée descente), de la longue distance (entre 21 et 42 kms)  et le KV, kilomètre vertical (1000m de dénivelé positif sur 3 a 5 kilomètres avec ou sans bâtons selon la course). Une coupe du monde qui comptait seize courses dans douze pays et les athlètes devaient parcourir au minimum sept courses pour être classé. Laurent Vicente, qui avait déjà participé à quatre championnats du monde, a terminé 11e du classement général de cette coupe du monde et 4e en longue distance, sa spécialité. Le montpelliérain du club d'Alès a couru en Pologne, en Autriche, en France lors de la course du nid d'aigle au Mont-Blanc avec 2000 m de dénivelé, en Italie par trois fois, en République tchèque et en Espagne au pays basque. Des compétitions qui accueillaient aussi soit les championnats nationaux de trail court, de montagnes, de KV ou des coupes nationales. Ce qui fait qu'il a défié une élite mondiale en montagne et une élite nationale du pays où il se trouvait. Ça a été une édition particulièrement dense car des courses ont été déplacé et toute la saison s'est jouée en quatre mois, avec des fois trois courses en trois semaines. Laurent a parcouru 18000 kms de déplacement, en avion pour aller en Pologne puis en voiture pour le reste de la saison avec des nuits à dormir dans celle-ci. C'était original et agréable en été. Ça aussi était une saison dense car beaucoup de coureurs ont couru du fait de la nouvelle formule, des nouveaux lieux et la motivation d'avoir rongé leurs freins pendant un an. Le nombre de coureurs s'en est retrouvé multiplié avec l'élargissement aux trois disciplines. Un Laurent Vicente qui savourait en se retournant sur sa saison " C'est toujours vertigineux d'atteindre les sommets en montagne, ça demande plusieurs semaines pour réaliser. Je vais essayer un top 10 au général et un top 3 en longue distance la saison prochaine. J'ai beaucoup de joie, de fierté et une envie malgré mes 43 ans de m'entraîner plus fort entre Montpellier et Font-Romeu, les deux endroits où je vis. Ce sont des entraînements tellement durs et forts que le sentiment de joie et de fierté est immense. Cette joie est de l'ordre du bonheur et non plus du plaisir. Les petits plaisirs finissent par nous éloigner du bonheur. Quand on atteint cet objectif c'est plus que de la joie, c'est du bonheur"



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN

LA FAMILLE MAURICE...FRANCK VU PAR MEÏSSA SA FILLE

4 AMOUREUX DU NÎMES OLYMPIQUE DÉCRYPTENT LA FIN DE SAISON DU CLUB