LES FILLES DU NÎMES BASKET SE DONNENT LE DROIT D'Y CROIRE

"Avec quatre descentes, on sait que ça va être difficile et si pour beaucoup ça semble impossible, nous on veut y croire. Tant que mathématiquement, c'est possible, on lâchera rien. On sait qu'on peut surprendre tout le monde avec notre jeu" Manon Messager, la joueuse du Nimes Basket est lucide mais elle déborde d’envie et d’ambition. Il faut dire que rien n’épargne la N3 feminine du club nîmois. Déjà que l’effectif est réduit, qu’Anna Martin, auteure d’un beau début de saison, est blessée, voilà que le Covid a touché l’effectif gardois."Du coup, on est partie jouer à six, sept avec Anna mais tout en sachant qu’elle ne pourrait pas jouer. Mais nos adversaires, l’équipe de l’AL Venissieux Parilly, avait aussi beaucoup d’absentes. Elles étaient que sept et du coup ça nous a mis en confiance. On se bat chaque semaine aux entraînements pour être dix pour pouvoir faire du jeu". Ce déplacement dans le Rhône, les filles de Nathalie Daumet l’ont pris par le bon bout. Après un bon début, elles menaient 9/27 à la fin du premier quart temps, s’appuyant sur une bonne défense et de nombreuses récupérations. "On a pu mettre en place notre jeu rapide d’entrée. Après elles sont passées en défense en zone et ça nous a gêné. Offensivement on marquait moins et on a un peu pioché physiquement". Malgré cette petite baisse de régime, les nîmoises ne paniquent pas et si ce n’est au milieu du 3e quart temps ou les rhodaniennes sont revenues à dix points, les partenaires de Manon Messager n’ont jamais tremblé. Elles se permettront même de remettre un petit coup d’accélérateur dans le quatrième quart temps et s’offrir une belle troisième victoire, 53/70, qui les fait sortir de ces deux dernières places dans lesquelles elles étaient engluées depuis le début de la saison. "Mais il faut encore faire un effort. Nathalie nous a dit que l’on avait mérité cette victoire, qu’on allait prendre les matchs les uns après les autres et surtout ne rien lâcher. Aligner une équipe est déjà une victoire en soi en ces temps qui courent". Surtout que les nîmoises seront encore privées d’Anna Martin, dont l’IRM a finalement révélé quelque chose de plus sérieux, ce qui l’empêche de reprendre sans gêne. Et c’est l’équipe de Cran-Pingry, un club de la banlieue d’Annecy, équipe classée en milieu de tableau qui se présente à Capouchine ce dimanche. Le temps presse pour les gardoises qui devront gagner au minimum trois ou quatre fois pour pouvoir éviter un des quatre strapontins qui les enverraient en Pré Nat. Mais chaque chose en son temps et un bon résultat face aux filles des Alpes serait une bonne idée. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN