"QUAND LES TROIS AMOURS DE MA VIE SONT REUNIS...LE DÉNIVELÉ, L'ALTITUDE ET LA NEIGE"

Le décor est rapidement planté...les montagnes de la Sierra Nevada, un nom - le skysnow worldchampionship vertical and classic, une discipline - le skyrunning- une course trail montagne sans limite ni régulation, montée par la marque Salomon et la légende du trail Kilian Hornet dans un monde de l'extrême, même si cela va forcément évoluer surnle plan fédéral et être chapeauté par l'IAAF et un représentant de l'AC2A Laurent Vicente. "J'en retire une grande fierté. Ça rejoint mes trois amours, le dénivelé, l'altitude et la neige. Tous les ingrédients étaient réunis. Toutes les planètes étaient alignées et tout était réuni pour une perf de pointe. C'est une discipline où il fait survoler les adversaires, comme dans le trail, mais aussi les éléments". Et l'heraultais du club alésien n'a pas déçu. Lors des deux courses, il a terminé 11e du championnat du Monde de kilomètre vertical et ses 970 mètres de dénivelé avec un départ à 2100m pour une arrivée à 3050m d'altitude. Il a encore fait mieux sur le championnat du monde d'hiver de course de montagne classic sur un parcours de 12 kilomètres, avec 900m de dénivelé positif et autant de négatif. Avec un départ à 18h, le programme offrait en plus de la neige et du brouillard, une épreuve nocturne. Le combiné de ces deux épreuves lui offrait surtout une 9e place sur le championnat du Monde reunissant les deux disciplines.


 "Un top 10 mondial, je ne sais pas trop quoi dire. Je vais te le faire a a québécoise...whaou (rires). Sur le KV, j'ai bourriné. C'était tôt, 8h le matin, c'était gelé. Je suis 11e et heureux. Le lendemain, c'était pas gagné pour faire mieux que 11e. Surtout qu'au bout de 150 mètres après le départ, on s'est retrouvé dans les nuages. On sort des nuages...au sommet. Pour monter ça va, par contre dans sa descente, on ne voyait plus rien. J'ai alors décidé d'éteindre ma frontale. Mais le problème, c'est que les fanions qui te guident sont réfléchissants a la lumière. Et comme on est dans la neige, on peut taper les talons et descendre fort. J'ai fait 900 mètres de descente en 24 minutes, sûrement la plus rapide de ma vie. J'étais hyper concentré sur le balisage et comme on est sur des pistes de ski, il n'y a pas de gros danger. C'était une descente épique a l'aveugle. C'est pas du toucher fin mais plutôt du bourrinage dans des conditions extrêmes. C'est la loi du plus fort. Je suis fier d'avoir accompli cela, surtout que je le travaille depuis des années. Avec l'âge avançant, j'ai énormément appris sur le dépassement de moi et de mes peurs. Ça me permet de me sortir grandi...des éléments"



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"