TOM POYET A SAISI SA CHANCE

Indéniablement cette saison, Tom Poyet a franchi un cap. En l'absence depuis le début de saison de Rémi Salou et suite à la blessure du norvégien Henrik Jakobsen, le jeune pivot, il est né 29 novembre 1999 à Nîmes, champion du monde U21 il y a trois ans, a fait sa place dans le groupe de Franck Maurice, grâce notamment à une réussite de plus de 80% au tir (source handzone). Capable de coup d'éclat comme son 6 sur 6 face au Fenix Toulouse ou son 4 sur 4 face à Athènes ou il avait été un des rares Green Men a surnager, ou comme lors de ce match d'EHF European League face au Sporting ou il marque d'une roucoulette à l'horizontale qui fera le tour du monde, ce pur produit usamiste fait cette saison l'unanimité. L'occasion pour moi de le suivre lors d'une semaine à deux matchs importants, la réception de la bête noire de l'USAM Nîmes, l'US Créteil, match qui allait décider du visage que l'équipe nîmoise voulait donner à la suite de sa saison après un match nul à Cesson Rennes puis lors du match de Coupe d'Europe face au macédonien de Pelister. 

Crédit photo : Fabrice Foures

Tout a donc commencé vendredi par la réception des Cristoliens dans un Parnasse sevré de handball en janvier pour cause d'Euro. Un match qu'il démarrait tambour battant, comme si lui le nîmois voulait de suite mettre le feu à la salle nîmoise. Trois buts sur les six premiers de son équipe. Et quels buts!!! Trois belles horizontales dont il a le secret. La marque de Tom Poyet!! Comme ses cris de joies pour rameuter un public qu'il sait chaud quand les gestes sont beaux et spectaculaires. Un départ en fanfare mais après ça, l'équipe abuse du jeu sur les ailes et ne cherche plus son jeune pivot. A la 24e minute, lors d'un contact, il se blesse à la cheville, reste un petit moment allongé par terre, laissant craindre le pire, lui qui a déjà connu une blessure au tendon d'Achille en octobre 2020 qui l'a tenu éloigné huit mois des terrains. Mais en guerrier qu'il est, alors qu'on lui avait pronostiqué une fin de saison, il est revenu...avant l'heure. Pris en charge par Yohan Grau, le kiné du club, il grimace mais revient sur le terrain. La cheville à l'air d'aller, Franck décide de l'utiliser seulement en défense. Juste avant la mi-temps, Mohammad Sanad marque son...premier but, Tom va le voir le poing serré, encourageant l'égyptien qui est passé à côté de sa mi-temps. De retour des vestiaires, le numéro 2 nîmois est bien sur le terrain, il ne semble plus gêné. En défense, il se frotte à un sacré client Yoann Gibelin, la future recrue du PSG, qui est en feu et tient les cristoliens à bout de bras. Il essaye plusieurs fois de monter haut sur lui mais l'arrière banlieusard marque. Remplacé par Benji Gallego au poste de pivot, il joue alors pleinement son rôle de coéquipier, se levant régulièrement pour encourager ses partenaires. Il revient vite en jeu mais du fait que son équipe ne joue pas sur le secteur central, il n'a que peu l'occasion de se mettre en évidence offensivement. Il laisse éclater sa joie quand les arbitres du match libèrent les nîmois vainqueurs 30/26.

Quatre jours plus tard, l'USAM change de compétition, place à la coupe d'Europe et aux macédoniens de Pelister. Si Jakobsen est sur le retour, le géant norvégien est toujours absent de la feuille de match et le gardois va donc être de nouveau titulaire au poste de pivot. Et le ton est donné des la première action, sur la première charge, il se retrouve au sol. Il met beaucoup d'intensité des les premières minutes, s'arrache pour marquer mais le duo d'arbitre slovaque siffle faute. Si offensivement ça ne passe pas, Tom s'applique alors a défendre. Madzovski se rend coupable d'un passage en force sur Tom qui laisse éclater sa joie en arrangant le Parnasse. Il marque enfin son premier but mais les arbitres l'annulent et reviennent à une faute sur lui. Il s'énerve quand Nyateu est victime d'une grosse faute et il va voir à plusieurs reprises les arbitres pour leur réclamer les deux doigts en l'air un deux minutes. Il sort à la 28e minute après avoir beaucoup donné. Il traversera la seconde période alternant le banc de touche pendant les seize premières minutes et le terrain pour quelques minutes mais avec un troisième match face à Aix qui arrive rapidement Franck l'économisera. ce qui n'empêche pas l'USAM de gagner 25/23 pour la plus grande joie de son pivot pourtant réaliste sur la prestation d’ensemble de son équipe " Ils nous ont amené dans un match pas évident. Je sais pas si spectacle était au rendez-vous mais en tout cas c’était un vrai match de coupe d’Europe, accroché et on est bien content de le gagner celui la. Ça fait à plus deux pour nous mais on était kif kif à un but tout le match. C’était un match de haut de tableau et comme je disais on est vraiment heureux de l’avoir remporté. Ce match contre Pelister était important mais ce qui nous attend samedi c’est tout autre chose, ça va être encore plus important et d’un tout autre niveau" Gageons que Tom sera un atout pour Franck Maurice pour aller chercher une victoire face au voisin Aixois. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN