BON DÉBUTS POUR L’ALÉSIENNE SONIA ROUSSEL

C'est a Nogaro que l'Alésienne Sonia Roussel a ouvert sa saison 2022. La pilote Wolfthunder roule entre autre cette année dans le cadre de la Coupe de France des circuits, ce qui permet d'avoir entre quinze et vingt voitures sur la ligne de départ. Nogaro au mois de mars, c'est un peu de pluie, difficulté qu'il a fallu appréhender car comme elle le dit elle même " courir sous la pluie, c'est pas trop mon fort". Une pluie lors des essais libres qui s'ajoutait a la difficulté d'une reprise de saison avec tout ce que cela comporte "Une reprise, c'est toujours un peu dur physiquement. Il faut que tous les muscles se remettent en marche. Ça a été le plus dur à gérer au final lors de ce weekend notamment au niveau des cervicales". Heureusement les essais qualificatifs se déroulaient sur le sec, la pluie ayant cessé sur la région de Nogaro. Des essais qualificatifs encourageants ponctués a une cinquième place. Mais des le départ de la première course, Sonia se faisait doubler et retrogadait a la sixième place. Cela ne l'affectait guere et elle se reconcentrait de suite pour finalement gagner deux places et terminer quatrième. La deuxième course se déroulait à peu près sur le même schéma. Partie cinquième, elle doublait le quatrième a cinq minutes de la fin de la course et bouclait son premier week-end de la saison avec une nouvelle quatrième place, parachevant le succès des Wolfthunders qui caracolaient aux quatre premières places de cette course. Au moment de faire le bilan de son weekend, la gardoise était plutôt satisfaite de ses débuts "je me suis sentie super bien, beaucoup mieux que l'année dernière quand j'ai débuté. Les repères reviennent vite et j'ai amélioré mon chrono au tour de six secondes par rapport à l'an dernier. C'est une super progression. Je suis très fière de mener ce projet qui est toujours à 100 % alesien avec de nouveaux partenaires cette saison et toujours autant d'engouement". Seule femme parmi les dix neuf participants à ces deux courses, elle savourait encore plus "finalement je ne fais même pas attention que je suis la seule femme. Il y a d'autres femmes qui roulent sur les autres séries et au sein de l'équipe les garçons sont super bienveillants avec moi. Je suscite peut-être un peu d'interrogation mais ma présence est bien perçue" . Sur ses performances personnelles, Sonia sait qu'il lui reste beaucoup à apprendre "avec cette voiture, je me régale toujours autant. C'est le genre de voiture avec lequel on ne se fait pas peur. Et comme j'ai confiance je vais de plus en plus vite. Je veux me rapprocher des meilleurs Wolf thunder avec des pilotes qui ont plus d'expérience que moi. Qui sait pourquoi ne pas les battre avant la fin de la saison. Je veux aussi travailler sur mes lacunes notamment le freinage. Je sais que je freine trop tôt pour une voiture qui pourrait le faire beaucoup plus tard. Je travaille notamment cela sur un simulateur avec G3D à Uzès" . Et pour cela, la pilote cévenole a toute une saison qui la mènera à Pau dans un mois puis a Ledenon le 10 juin mais aussi a Spa Francorchamps en Belgique, a Barcelone en Espagne ou a Monza en Italie. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN