"L’ENGOUEMENT QU’IL Y A AUTOUR DU FOOT FÉMININ DOIT SERVIR AU FUTSAL FÉMININ"

Élodie Lizzano a connu le haut niveau football, a Montpellier, a Toulouse, a Yzeure ou encore dans les rangs du Foot Féminin Nîmes Métropole Gard. Mais en 2016, elle a opté pour le futsal. Avec succès. Véritable fer de lance du Futsal Marguerittois, elle a été championne de France avec le club de la banlieue de Nîmes. Devant ses qualités, Christophe Cariat l'a aussi très vite sélectionné en équipe de France. Et là aussi le succès a vite été au rendez vous. Après deux années a peu jouer a cause du Covid, cette femme de bientôt trente quatre ans, va connaître une année 2022 chargée avec quatre compétitions majeures. Quelques jours après un déplacement dans la banlieue de Grenoble, elle me cpsacrait quelques minutes pour un interview où elle a tenu à me remercier du fait que je parlais souvent du futsal féminin et a voulu aussi remercier l'ensemble du futsal Marguerittois et surtout David Dubon et Christophe Cariat qui oeuvrent beaucoup dans l'ombre pour faire en sorte que le futsal féminin puisse perdurer et continue de se développer.
JS30: 35 buts en deux matchs et 9 rien que pour toi, il a été prolifique ce déplacement de Ligue nationale Sud féminine à Échirolles ?
Élodie Lizzano: Je ne regarde pas trop mes résultats, on avance petit à petit dans ce championnat. On a pas mal été impactées par le covid, on n'avait pas joué depuis un petit moment. Les deux équipes qu'on a rencontré sont intéressantes à jouer. On a pas eu beaucoup de matchs donc il était important de bien travailler. Même s'il y avait un écart avec nos adversaires on a été très sérieuse. Il fallait gagner mais surtout travailler pour les échéances à venir
JS30: Comment est-ce qu'une défenseuse à la quarantaine de match en D1 est devenue une machine à but en futsal ?
EL: il faut savoir que le futsal et le foot classique non rien à voir. Les qualités que j'avais en tant que défenseuse, mon physique et mes qualités athlétiques me permettent de m'épanouir dans un rôle de pivot au futsal. Mais j'ai plus que ce rôle a jouer. Dans ce nouveau sport pour moi, je joue à tous les postes. Ça faisait plusieurs années que je jouais au futsal pour le plaisir. En 2016 quand j'ai eu ma blessure au foot, une ancienne joueuse de Nîmes m'a fait découvrir ce sport et depuis je prends énormément de plaisir. Pour moi, ça paraît logique quand on arrive plus assimiler le foot à 11. Une joueuse moyenne à 11 peut vraiment s'éclater au futsal.
JS30: Tu empiles les buts avec le futsal Marguerittois, tu es aussi depuis 4 ans un des atouts offensifs de l'équipe de France, tu as un boulot à côté de ça. Comment est-ce que tu vis tout ça ?
EL: Avec le covid il y a eu moins de rassemblement. C'est aussi beaucoup de travail personnel. Il faut savoir qu'en 2017, je suis allé un peu à la Coupe du Monde par hasard. Peu de temps après avoir commencé le futsal, c'est allé très vite. C'est une succession d'opportunités qui se sont enchaînées. J'aime ce que je fais, je prends beaucoup de plaisir
JS30: Dans moins de 40 jours, c'est la Ligue des Champions à Nantes. Vous avez été deux fois finaliste lors des deux premières éditions, cette fois c'est la bonne ?
EL: Je l'espère vraiment. J'espère qu'on pourra vraiment aligner la meilleure équipe possible. Lors de la dernière édition, il nous avait fallu composer avec des absences importantes. J'espère vraiment que cette fois ce sera la bonne mais on sait qu'en face il va y avoir du niveau. Il va falloir hausser notre niveau de jeu pour remporter cette compétition
JS30: Tu sens l'évolution du futsal féminin ? Et la France peut elle gagner la coupe du monde?
EL: Oui mais il faudrait qu'on en parle encore plus. L'engouement qu'il y a autour du foot féminin doit servir au futsal féminin. Si on en parlait encore plus, plus de filles se tourneraient sur ce sport. En France, on est en pleine construction. Il y a 4 ans, on a participé à une coupe du monde pour la première fois et on aurait pu faire encore mieux. Alors pourquoi pas cette fois. Le futsal se développe de plus en plus, il y a plein de jeunes joueuses. Il faut continuer de parler de ce sport.
JS30: En 2022, il y a la Ligue Nationale Sud, la Coupe Nationale, la Champions League et la Coupe du monde, on n'a pas fini de parler d'Élodie Lizzano ?
EL: Je l'espère comme tout sportive qui fait de la compétition. J'espère que les victoires seront au bout, ca voudra dire que j'aurais fait mon job. Quand tu es compétitrice, tu veux aller le plus loin possible et tout gagner.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN