"ON AURA UN BON ÉQUIPAGE, SOLIDE, CAPABLE DE FAIRE DE BONS RESULTATS"

C'est en montant au Mans que le Bagnolais Corentin Perolari m'a consacré 15, 20 minutes de son temps pour me parler de saison 2022 mais aussi faire un bilan de l'année écoulée. Si il monte au Mans, a l'occasion de la manche de championnat de France de Superbike, où son équipe Moto AIN alignera une moto, c'est pour le fun, voir et prendre du plaisir, on retrouvera le pilote gardois ce mardi et mercredi au préMans (deux journées de testing sur le circuit Bugatti) avant de se lancer dans le grand bain les 16 et 17 avril sur le célèbre circuit des 24 heures. 
JS30: Parle-nous de ce qui t'attend en 2022 ?
Corentin Perolari: Je voulais faire de la motoE et de l'endurance mais finalement je ne peux pas faire les deux. Je vais donc me consacrer au championnat du monde d'endurance EWC avec une Yamaha préparée par l'équipe Moto Ain. J'aurais un programme complet sur ce championnat du monde.


JS30: Quels sont les objectifs que tu as fixé moto ain?
CP: Je pense qu'on a pas une moto pour gagner, il faut être réaliste. On peut jouer les six premiers au général. Il y a toujours des faits de course et tout est possible. C'est une équipe qui a fait 3e au bol d'Or l'an dernier. Pour ma part les objectifs sont de rester sur mes roues et ne pas tomber. On a vraiment un bon équipage, solide, capable de faire des résultats
JS30: Quel bilan fais-tu de ta saison 2021 ?
CP: La motoE c'était vraiment spécial pour moi. C'était une découverte. Ce sont des motos qui sont lourdes, il y a vraiment de la patate. Si tu tombes ça te calme. C'était nouveau pour moi mais ça m'a plu. C'est une discipline qui va évoluer. J'ai aussi fait deux, trois courses d'endurance où je me suis régalé. En Espagne, j'ai bien fini la saison. Je n'ai pas trop roulé sur des thermiques et en électrique, tout est différent notamment le pilotage.
JS30: Que peut on te souhaiter pour 2022?
CP: Franchement un peu de réussite. En moto que ça ne s'est pas passé exactement comme je le voulais mais je retiens quand même le positif. J'ai beaucoup appris chez Tech3, la structure de Hervé Poncharal. Maintenant je veux surfer sur ma fin de saison dernière.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN