A 48 HEURES DU MATCH RETOUR FACE A MACON...

A moins de 48 heures du match retour du 8e de finale face à l'AS Macon, j'avais rendez vous sur la pelouse du stade Kaufmann pour faire le point avec trois acteurs majeurs du Rugby Club Nîmois...le président Steeve Calligaro, l'entraineur Jean Baptiste Cuq et l'expérimenté troisième ligne Mathieu Roca. 


JS30: Président, il y a un peu plus de six mois, vous preniez officiellement la présidence du RCN. Six mois après, comment va le club dans son ensemble?
Steeve Calligaro: Le club va bien, d'abord parce qu'on a réalisé la feuille de route qu'on s'était fixé. Quand on gère une organisation comme ça, il y a le sportif mais y aussi le partenariat, les relations avec les institutions, le recrutement, les relations avec le staff, la capacité a faire un budget pour la saison prochaine. Tout cela est fidèle à ce que nous nous étions dit avec le comité directeur fin novembre. On a construit un budget ambitieux pour la saison prochaine. On est en train de construire un groupe sportif pour la saison prochaine. Le groupe sportif de cette année réalise ses objectifs et pour reprendre les mots de Jean Michel Millet "le groupe est en train de se payer". Il n'y a pas de grosse ombre au tableau. Les équipes séniors et espoirs sont en phase finale, les féminines vont bien, les U18 sont toujours en course en phase finale après leur victoire à Saint Jean de Luz et l'école rugby participe a des challenges nationaux et fédéraux. Toutes les composants du RCN sont la...Y a des choses qui sont plantées pour la saison prochaine qui sont super prometteuses. C'est un club qui vit et qui vit bien. C'est beaucoup de motifs de satisfaction. 
JS30: On attaque les phases finales, comment il va le président du RCN? Il est stressé?
SC: Oui oui...comme tout ce que l'on fait pour la première fois. C'est stressant, excitant, fatigant parce que je viens de vivre une séquence sur les trois derniers mois qui est la resignature des joueurs, du recrutement des gens qui seront la la saison prochaine. Ca a commencé par le recrutement d'un staff et d'un certain nombre de joueurs et a la fois par la continuité d'une saison sportive. On va penser que ça peut s'arrêter samedi mais ça peut être le cas. J'ai pris la mesure de la présidence du RCN. je savais que c'était un grand club. Maintenant je sais que c'est un grand club ou il y a beaucoup de choses a faire. J'ai pris la mesure du poste ce qui des fois me vaut du stress et de la fatigue mais on est dans un état d'excitation car on voit bien que ce club peut aller plus loin. Quand la cerise sur le gâteau sportive couronne ces projets, c'est passionnant.
JS30: L'objectif de la montée a été atteint, perdre la en phase finale, ça serait vécu comme un échec?
SC: J'essaye de décorréler les objectifs que s'était fixé le club. Le club avait fixé par le président Olivier Bonné et j'ai repris les mêmes objectifs en les rendant un peu plus ambitieux. Olivier avait fixé comme objectif avec le staff de finir dans les deux premiers et de monter en National 2. En novembre, on a tout de suite vu qu'on pouvait être premier de poule. Ca s'est fait, c'est gagné et mis de côté. Les phases finales, c'est quelque chose de particulier qui appartient aux joueurs. Le club sera en Nationale 2 la saison prochaine, le recrutement est en train de se boucler, les structures sont en train d'avancer, le budget a été fait. Si ça s'arrête samedi, ça ne va rien remettre en cause pour le club. La seule chose, c'est que ce sera une histoire qui s'arrêtera un petit peu trop vite pour un groupe qui peut prendre du plaisir encore deux ou trois tours. 
JS30: On se projette dans un ou deux mois, a quoi va ressembler le RCN de la saison prochaine?
SC: Le rugby est un sport tellement beau qui sanctionne toute idée de rupture et de toute volonté d'aller trop vite. On a pas recruté cinq pros, ni des gars de ProD2 ou Top14 la saison prochaine. Ca va pas parler sud af ou fidjien. Y aura peut être un ou deux étrangers sur des postes ou l'on a du mal à trouver. 80% de l'effectif sera encore la, seul cinq ou six éléments quittent le club. Il y a l'arrivée de six, sept joueurs venus d'un partout en France et qui sont censés améliorer le groupe. Rien n'a été fait cette année qui n'a été fait la saison d'avant. La partie sportive a fait ses choix. ce n'est pas le président que je suis qui décide, j'ai mon mot a dire mais c'est le staff qui tranche ce genre de sujet. On dévoilera le nom de nos recrues, par respect pour le groupe en place, à la fin des phases finales. 
JS30: Ma dernière question est simple, je vous avais posé la même il y a six mois, qu'est ce que je peux vous souhaiter?
SC: Je crois sincèrement qu'on a les moyens de passer Macon samedi même si ce match est vraiment particulier et c'est pas des effets de langage. Ca sera très dur de battre Macon. Le tour d'après ce serait le gagnant entre Rumilly et Marmande et on peut penser que Rumilly à la maison va récupérer ses deux points de retard. Ce serait très beau de jouer une demi finale contre l'ogre de cette fédérale 1, Hyères Carqueiranne. Si on passe Macon, y a derrière Rumilly et Hyeres...voila je le dis, ça reste entre nous (Rires)...parce qu'il faut respecter les gens et que le match de samedi est loin d'être fait.


JS30: JB, on y est a ce match retour pour se qualifier pour les quarts de finale de fédérale 1. Comment est l'équipe à 48h de jouer ce match? 
Jean Baptiste Cuq: On est tous impatient de faire ce match. Comme tu l'as dit, on y est. On attend ça depuis un moment de réaliser des matchs comme ça. Qua ce soit le match aller à Macon ou après ici devant notre public. Impatient, concentrés, on a fait une bonne semaine de travail. La semaine de travail c'est une chose, il faudra être surtout prêt samedi.
JS30: Vous n'avez pas tout maitrisé au match aller, il y a eu une différence entre la première et la seconde mi-temps, elle est peut être la la clé de la qualif, dans une maitrise totale du match de samedi?
JBC: On reste sur des évaluations objectives, on sait ce qu'on est capable de faire de bien ou de moins bien. Je pense que la première mi-temps à Macon a pas été terrible et cela est du à cette équipe de Macon qui est une équipe complète et vraiment très bonne. Nous, on s'efforce d'avoir travailler comme ça au fil de l'année pour trouver des solutions si on passe parfois à côté. En deuxième mi-temps, on est revenu avec d'autres intentions...ça nous a souri mais on a conscience qu'il faudra sortir un gros match samedi. 
JS30: On sait qu'en phase finale, tout peut s'arrêter sur un match. Comment tu te sens a quelques heures de ce qui pourrait être, en cas de défaite, ton dernier match à Nîmes?
JBC: J'ai pour habitude de ne pas forcément penser comme ça. Le groupe aussi, on est suffisamment en adéquation pour être sur la même longueur d'onde et puis se focaliser sur notre contenu, sur ce qui n'a pas trop fonctionné. On doit avoir conscience aussi des secteurs sur lesquels on a pu les mettre en difficulté. Avec toutes ces petites choses, on doit trouver la meilleure adéquation pour faire un bon match samedi. On tirera les conclusions après le match. On se concentre à faire un bon match. Avec ce groupe, on veut faire durer le plaisir le plus longtemps possible mais il faudra payer le prix et mettre les bons ingrédients. A nous de le faire!!!
JS30: Tu es fier de ce que vous avez fait avec Jean Michel et Nico depuis deux ans?
JBC: Je sais pas si on peut être fier mais en tout cas on a atteint les objectifs qu'on nous avait demandé. Dans un premier temps, Olivier Bonné qui est venu nous chercher et puis la suite prise par Steeve Calligaro. L'objectif était de qualifier l'équipe pour la Nationale 2. On fait une saison plus que cohérente mais comme tu le dis, c'est maintenant qu'on aimerait faire en sorte de cueillir les fruits surtout en terme de consistance, de cohérence dans le jeu. C'est la qu'on valide le travail réellement face à une belle adversité. Je sais pas si on peut parler de fierté mais en tout les cas, on a pris beaucoup de plaisir. On voit des sourires sur les visages au stade. On sent un groupe soudé, on sent des mecs content de venir. Je crois que c'est ça le principal. Nous, notre cas est plutôt secondaire. Que les joueurs se régalent, c'est ce qui compte et qu'ils prennent leur pied a fond.
JS30: Je vais finir par la même question que j'ai posé au président. Qu'est ce qu'on peut te souhaiter pour la suite?
JBC: On est focalisé sur Macon et sur les difficultés que nous ont posé cette équipe, sur les difficultés qu'on a réussi à leur poser. Ce qu'on souhaite, c'est sortir un bon match. Celui de la semaine dernière, on a eu la victoire mais en terme de contenu, on a pas été satisfait. On veut surtout que la journée soit belle! Le club a fait en sorte qu'il y ait de belles animations, a nous de faire le job sur le terrain.


JS30: Mathieu, ça y est, samedi c'est le grand jour, il y a une place en quart de finale en jeu. Il y a un peu de pression?
Mathieu Roca: Il y a toujours un peu de pression quand on est phases finales surtout qu'on a que trois points d'avance. On a bien préparé ce match. on sait a quoi s'attendre. Il nous reste la seconde mi-temps de cette confrontation. On est prêt à livrer un combat. 
JS30: A 34 ans, tu es un des plus expérimenté de l'équipe, qu'est ce que tu leur as dit aux jeunes?
MR: Que ça allait être un jour de fête. Je leur ai surtout dit de profiter. Des phases finales, on en joue pas chaque saison. Le temps passe mais on l'arrête pas. Une carrière de rugbyman, ça passe très vite. Il faut tout lâcher et ne pas se poser de questions. 
JS30: Tu as senti que, depuis quelques mois, il se passait quelque chose à Nîmes niveau rugby?
MR: Oui dans la structuration on sent que ça bouge. Olivier Bonné avait fait un boulot énorme pour remettre le club sur de bons rails. Avec l'arrivée de Steeve Calligaro, on est dans une autre dynamique. On sera semi-pro la saison prochaine. Le club évolue dans le bon sens. 
JS30: Tu as connu ce club quand tu étais jeune, il a évolué tu le disais, tu le perçois comment aujourd'hui avec le recul de ta carrière? Est ce que tu te reconnais dans cette évolution?
MR: Bien sur que je me reconnais dans cette évolution. Le rugby évolue et de ce fait les clubs doivent évoluer. Le RCN doit faire parti des quarante, cinquante meilleurs clubs français. Y a la place pour évoluer en National mais il ne faut pas bruler les étapes. Il va y avoir un entraineur à plein temps. Le RCN est en train de gravir des échelons. Tous ces signaux positifs, nous les joueurs, on les ressent. 
JS30: Je vais finir de la même manière qu'avec le président ou Jean Baptiste, qu'est ce qu'on peut te souhaiter? 
MR: Je n'ai jamais eu la chance de gagner un titre de champion de France. Avec ce groupe, j'aimerais aller chercher ce titre. Remporter ce bout de bois ce serait magique. C'est l'histoire de tout un groupe. Dans dix, vingt ans, j'aimerai qu'on puisse se dire que cette saison a été magique. C'est ce que je vais leur dire... Créons nous des souvenirs!!!



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN