NIMES BASKET PERD MAIS PEUT ENCORE Y CROIRE...

Quand on lisait l'affiche de club de l'AL Gerland Mouche, le décor était de suite planté..."un match crucial pour le maintien". Malheur aux vaincues ce dimanche dernier. Et les Nîmoises n'ont pas réussi à gagner dans le Rhône. Les joueuses de Nathalie Daumet se sont inclinées 68/57. Pourtant, elles auront remporté trois quart temps sur quatre. Mais plombées par un premier quart temps catastrophique ou elles auront encaissé vingt points pour n'en marquer seulement quatre, les gardoises auront ensuite passé leur temps à courir après le score. "On a dépensé trop d'énergie a essayer de combler notre déficit des dix premières minutes. On était que sept...Les filles de l'ALGM ont été plus agressives que nous et ça nous a surpris. C'est assez difficile à expliquer mais on a mis un quart temps a rentrer dans notre match. On a pas eu de réussite offensive pendant ce premier quart temps, elles ça rentrait, nous non...Du coup a partir du second, on a toujours été dans le fait de revenir au score...". Le constat de Manon Messager était d'une lucidité implacable. Battues, les Nîmoises pensaient que leur relégation était officielle mais... " On était très déçues mais Nathalie et Mike nous ont finalement annoncé qu'il n'y aurait que trois descentes car des équipes de National 2 ne repartaient pas a saison prochaine. Il nous reste encore une chance. Ce sera elles où nous". Et elles se sont Saint Genis Oullins Sainte Foy Féminine alias le SGOSFF. Un point sépare les deux équipes au classement en faveur du club de Sainte Foy les Lyon. Mais outre la victoire, les protégées du président Jésus Araiz devront realiser l'exploit de l'emporter de plus de 22 points car les joueuses du Rhône l'avaient emporté de 22 points a Nîmes au match aller. " On pensait que c'était perdu mais non... On s'est remotivees direct. On ne veut pas avoir de regrets. On se dit que c'est possible. On va toutes se donner a 100%. Moi j'y crois et les filles aussi...". A la dérive au mois de décembre a la fin de la phase aller, personne n'aurait miser un euro sur le Nimes Basket et encore moins sur le fait que tout pouvait se jouer a la dernière journée. " Alors, on va monter la haut avec un effectif au complet. Ce serait énorme de se maintenir a la dernière journée. On prend toutes les énergies, on va a la guerre" conclu Manon Messager. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"