"IL FAUT RAPIDEMENT PASSER AU MATCH SUIVANT MAIS D’UN AUTRE CÔTÉ ÊTRE SEREIN"

L’Olympique d’Ales en Cévennes avait l’occasion en se déplaçant à Agde de valider son ticket pour le National 2. Mais alors que les cévenols n’avaient pas encore perdu loin de leur pelouse de Pibarot, ceux ci ont lourdement chuté 3/0 face à leur dauphin qui leur aura pris six points cette saison. La possibilité de monter est donc remise à la prochaine fois. Philippe Mallaroni, le manager général du club, revient sur ce match et sur ce qui attend l’OAC. 
JS30: Philippe, qu'est-ce qui n'a pas fonctionné samedi soir à Agde ?
Philippe Mallaroni: Je pense qu'inconsciemment...(il coupe) quand on observe le match, il y a un vrai manque de détermination. Mais quand on connaît les joueurs, on a du mal à le croire. Peut-être en eux, ils ont vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. On était aussi dans un cycle de victoires, cinq d'affilées, on allait chercher la sixieme mais ça n'a pas été le cas. Je ne cherche pas d'excuses mais des explications. Les matchs s'enchaînent rapidement et il faut conclure. C'est peut-être le plus difficile. Pour faire un parallèle avec le tennis, le bras peut trembler à ce moment-là. C'est aussi une succession d'éléments. On prend un but très rapidement et après ça s'enchaîne. On est peut-être rentré dans ce match comme un agneau alors qu'on aurait dû rentrer comme un loup. Il ne faut pas oublier que ce n'est que notre premier match perdu à l'extérieur depuis le début de la saison. En soit, est ce une catastrophe de perdre son premier match à l'extérieur à cinq journées de la fin. On est déçu parce que l'attente était grande.


JS30: Vous saviez comme match nul vous suffisait pour monter, les joueurs sont arrivés dans quel état d'esprit à Agde ?
PM: Ils semblaient être bien ! Même dans la semaine, le travail avait été bon. C'est difficile à expliquer, tout le monde a été surpris. Maintenant, passer à côté d'un match ça arrive. À Argelès, on avait trouvé les ressources pour revenir après avoir été mené 2/0 rapidement, là ça n'a pas été le cas. C'était un jour sans. Il faut passer rapidement au match suivant mais d’un autre côté il faut aussi être serein.
JS30: Quels ont été les mots que vous leur avez dit à la fin du match ?
PM: On les a pas félicité c'est sûr mais on a voulu les rassurer. On leur a surtout demandé de prendre du plaisir. On oublie pas le super parcours qu'ils font depuis le début de la saison. On était en situation d'être champion et de monter à cinq journées de la fin, on oublie pas ça. Il aurait peut-être fallu un week-end de break avant le match de Agde car la charge mentale est importante apres un enchaînement de match. On leur a demandé de reprendre leurs esprits pour se mettre en situation de faire un bon match et de prendre du plaisir. On doit penser à bien jouer et à se faire plaisir.


JS30: Pour accueillir Toulouse dans dix jours, le club fait une belle action pour ses supporters en ouvrant gratuitement les portes de Pibarot?
PM: Les supporters étaient venus nombreux à Agde et pour ce match là c'est tous derrière l'OAC pour assurer la montée. Il doit y avoir du monde, on distribuera des drapeaux bleu et blanc, le but est de faire une belle ambiance. Ce doit être une fête et une communion avec le public.


Crédit photos: Michel Desnos

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN