LA FAMILLE BASTARD, UNE FAMILLE NÎMOISE TRÉS EN...PHASE...FINALE

"On est content que tu fasses cet article car il va mettre en valeur la formation du Nîmes Volley Ball et aussi le travail de Nicolas Agnèse*. D'ailleurs, la famille Agnèse aura son mot à dire elle aussi dans ses phases finales avec Maelys en M18 et Corentin en M13. On va passer nos week-ends ensemble..." Car chez la famille Bastard, cette saison 2021/2022 rime avec phases finales. Trois enfants, Lou-Ann l'ainée, Marie-Wenn la cadette et Yann-Arthur, le petit dernier, et trois qualifications aux phases des coupes de France de Volley Ball "On est passé prêt de la catastrophe si un des trois ne s'était pas qualifié...ça aurait été la soupe à la grimace à la maison. La, on est sauvé (Rires)" m'explique Valérie la maman, qui beaucoup joué au Volley en école du fait de son métier d'enseignante, en plus d'une petite expérience à la Croix d'Argent à Montpellier au niveau départemental. 
Car en trois semaines, la famille Bastard va vivre au rythme de ces phases finales. Et ça débute des demain pour Yann-Arthur, le plus jeune de la fratrie, non loin de la maison, en Arles ou le club local, le VC Arles, et le Nîmes VB organisent conjointement les phases finales M13. Tout au long de ce week-end, avec ses parents en tant que bénévoles et son équipe, un collectif de six jeunes copains, qui jouent quatre contre quatre, avec Nicolas Agnèse comme coach, ces jeunes volleyeurs en herbe vont se frotter entre autre à des équipes comme Cannes, Saint Cloud, Rennes, Calais, le PUC ou les voisins de Montpellier. 
Le week-end prochain, et la ce sera Nicolas, le papa, qui s'y collera, "Pourquoi le papa? Tous les week-ends, ça joue, il faut bien qu'il y en ait un des deux qui reste pour s'occuper des autres, quand l'autre part loin. C'est à l'image de la saison, on en a trois qui jouent donc il faut se diviser. Cette année, ça tombait pas trop mal, Marie-Wenn et Yann-Arthur jouaient le samedi et Lou-Ann le dimanche. C'est toute une organisation. Des fois, nos amis ont du mal à comprendre car on est pas trop dispo pour les voir mais pour rien au monde on ne raterait cela". Direction Nantes donc pour Nicolas le papa, qui lui était handballeur à un niveau régional, et les phases finales M18. Ce groupe coaché par Stéphane Patte est composé de filles qui ne jouent que pour le NVB, d'autres qui sont au centre régional à Toulouse et une à l'institut fédéral et qui ne joue donc que la Coupe de France. 
Enfin, le week-end de Pentecôte, Valérie prendra la direction de Terville "C'est dans le Nord-Est de la France, mon mari a regardé que c'était vers le Luxembourg. La, c'est moi qui m'y colle avec Lou-Ann et le club de Béziers". Car cette saison, l'ainée de cette fratrie nîmoise a rejoint Béziers ou elle évolue avec la Nationale 2 mais ou elle a participé à la Champions League avec l'équipe Une. Elle participera aux phases M21 avec une équipe hyper performante qui aura son mot à dire dans la lutte finale. Dans cette famille ou le sport à une place plus qu'importante "C'est important de faire du sport car c'est un élément essentiel pour rester sain dans son corps et dans sa tête", on va donc vivre au rythme du volley, ne pas compter les kilomètres, ni le temps passé loin de la maison. "C'est certes beaucoup de travail depuis des années, de façon collective mais on se régale". 

*Nicolas Agnèse est aussi le coach de l'équipe Élite du Nîmes Volley Ball



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES

MON 7e TOUR DE COUPE DE FRANCE PAR YOAN DELAPLACE, CAPITAINE DU FC CHUSCLAN LAUDUN