L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

26 ans...c'est tôt pour prendre sa retraite. Laurie Carretero-Fontaine avait déjà hésité il y a trois ans a arrêter le handball mais Brest était arrivé et il était impossible de refuser la proposition des finistériens. Mais cette fois, c'est la bonne et la nîmoise a donc terminé par un match nul 26/26, un match ou elle aura fait six arrêts, marqué un but concluant la saison du Handball Plan de Cuques à une douzième place synonyme de maintien. Après avoir vécu la moitié de sa vie à jouer au hand, la voici prête pour se lancer dans sa nouvelle vie. Avant cela, celle qui a été formé au HBC Nîmes se plonge dans ses souvenirs pour une interview Clap de fin.

JS30: Ton parcours, tes clubs?

Laurie Carretero: J'ai découvert le handball au collège. J'ai intégré le HBCN à l'âge de 13 ans et j'y ai joué jusqu'en 2016, date du dépôt du bilan. J'ai ensuite joué trois ans à Bourg de Péage en D2 et j'ai obtenu la montée avec le club drômois. Je me suis posée une première fois la question d'arrêter après Bourg de Péage mais Brest m'a contacté et c'était dur de refuser. J'ai joué à Nantes puis j'ai fini à Plan de Cuques.

JS30: Ton plus beau souvenir de Hand?

LC: J'en ai quand même pleins (rires). Je dirais l'année ou on est championne de France de D2 avec BDP. C'était énorme!! Mon premier match à la Brest Aréna tant en Championnat qu'en Ligue des Champions. J'avais les larmes aux yeux. Il y a aussi les qualifications aux championnats d'Europe avec l'équipe de France en jeunes à Saint Dié les Vosges devant mon papa. 

JS30: Ton plus gros match?

LC: Celui ci avec l'équipe de France en jeune. C'est un très très bon souvenir. Même si ça remonte, je dirais celui la. C'était chouette. 

JS30: L’équipe qui ne t’a jamais réussi? 

LC: Metz contre qui je n'ai jamais gagné. Je me souviens de mon premier en D1 avec le HBCN, j'avais quinze et demi et on avait perdu...44/22

JS30: La partenaire qui t’a le plus marqué?

LC: Ana Gros parce que c'est une des meilleures joueuses du monde. C'est une nana qui travaille, vient jouer après et surtout humainement au top.

JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?

LC: Chagnard...et des coachs de gardienne. Lionel Bourgey qui m'a accompagné jusqu'à la fin et de partout ou j'ai signé. Il m'aide encore aujourd'hui a préparer mon voyage. 

JS30: La joueuse avec qui tu aurais aimé joué?

LC: Amandine Leynaud. 

JS30: Le club où tu te serais bien vu jouer?

LC: Plan de Cuques, je voulais terminer ici car c'est le sud et c'est un club familial. En France, je me suis régalé de partout ou je suis passée, je ne me voyais pas partir ailleurs. Niveau club, je suis satisfaite de ce j'ai fait.

JS30: Ta plus belle rencontre dans le milieu du hand?

LC: Mes plus belles rencontres. Car ce sont devenues mes amies. Johanna Lombardo, Emma Chambon même si elle a quitté le monde du handball depuis un moment, Cindy Champion, Priscilla Marchal, Marion Maubon et Samantha Priou. 

JS30: Ce que tu vas regretter du hand?

LC: La vie de groupe...ça va être le plus dur. Le moment de l'entrainement et l'après. 

JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter? 

LC: Les séances vidéos...qu'est ce que j'aimais pas ça (rires)

JS30: Que vas tu faire maintenant? 

LC: Je pars le 15 juin pour road trip jusqu'à mi-septembre. Je reprends mes études dans l'immobilier par correspondance. Et je veux profiter!!!!

Crédit photos: Frédéric Llopis

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES