"CETTE VICTOIRE EST UNE BONNE SURPRISE POUR MOI"

Laure Marchis Mouren n'a pas fait le voyage d'Estézargues pour rien. Pour sa troisième tentative sur le Nîmes Urban Trail, l'athlète de l'AG Running, le club de Fournès et de la présidente et coach Angéline Chaieb, s'est imposée sur la distance phare du 22 kilomètres. Et ce, avec un peu plus de deux minutes d'avance sur la provençale Marine Brousse et quasi cinq sur la Pujaulaine Violette Mercier. 1 heure 55 minutes et 08 secondes après son départ, cette jeune maman de 32 ans, qui court depuis l’âge de ses 16 ans, a levé les bras, remportant une course hautement symbolique pour elle. Elle nous explique pourquoi...

JS30: Quelle victoire!!!

Laure Marchis Mouren: Je ne m'y attendais pas du tout. Quand je fais une compet, je vise le podium mais de la envisager une victoire sur le NUT. Je suis super contente. Sur la fin de la course, les gens me parlaient. Je savais donc que j'avais de l'avance et je l'ai pris un peu plus cool. Cette victoire est une bonne surprise pour moi. 

JS30: Raconte nous un peu cette course?

LMM: J'ai essayé de me positionner dans la première vague. Pour savoir ou j'en suis déjà...au milieu de tout ce monde. Je suis partie très fort et j'ai suivi le rythme de celle qui va finir troisième (Violette Mercier) et qui est partie très vite. Il y avait beaucoup de monde au début quand on passe au Musée de la Romanité ou aux Jardins de la Fontaine. La partie après le périph, qui était nouvelle pour moi, est vraiment sympa. J'ai adoré passer dans le Conseil Départemental. En fait, c'était un parcours varié et pleins de surprises avec notamment les traversées de la Mairie et du Théâtre ou la aussi il y avait beaucoup de monde. Je travaille dans une université donc traverser celle de Nîmes, ça a du sens pour moi. Et la traversée des arènes, le symbole de Nîmes, à quelques jours de la Féria. Pour moi qui ait fait ma thèse sur la course camarguaise, c'est très fort à ce moment la. L'arrivée est aussi géniale...complètement incroyable!!! C'est impressionnant pour moi car les gens m'applaudissent. C'est ma troisième tentative. Je suis venu il y a assez longtemps la première fois sur 10 kilomètres et j'avais fait plutôt un bon chrono. Je suis revenu juste avant le Covid et j'avais terminé 1ere de ma catégorie sur 15 kms. Pour moi, l'urban trail est un format qui me correspond. Je suis un peu limité sur un trail nature normal car j'appréhende les descentes. La j'ai pu valoriser mes points forts qui sont les montées et l'accélération sur le bitume. 

JS30: Quelques semaines après avoir fait un bébé, tu avais gagné les foulées de Poulx puis maintenant le NUT, c'est un excellent début de saison?

LMM: Ca a démarré avec la course de Rochefort du Gard pour les quatre mois de ma fille ou j'ai terminé seconde. J'avais eu l'autorisation de faire cette course après ma grossesse. Il y a eu Poulx en effet, Villenuve les Avignon ou j'ai gagné aussi et le Trail des Avens ou j'ai terminé troisième . Ma grossesse a été une jolie parenthèse. La maternité donne une force et une confiance en soi. Je me sens plus forte aujourd'hui qu'avant ma grossesse. 

JS30: Quel va être ton programme maintenant?

LMM: J'aime beaucoup le triathlon, j'ai fini troisième à celui du Salagou version cross, avec du VTT à la place du vélo de route. Un de mes prochains gros défis, c'est le défi de Monte Cristo qui est la plus grande course en eau libre d'Europe, 5 kilomètres de nage entre le château d'If et Marseille. Je vais aussi faire le trail de Saint Victor la Coste. En fait, la nage et la course à pied sont mes disciplines favorites. J'aime aussi découvrir de nouvelles courses locales avec de bons buffets (Rires), ce qui est important. Après, je vais me marier en Octobre et comme voyage de noces, j'aimerai faire le Trail de Madère qui est un ultra. Avec ma victoire au NUT, j'ai gagné une invit sur la Veni Vici. Je m'alignerai surement sur le 65 kms, ça me fera un bon entrainement pour Madère (Rires)

Crédit photos: Ophélie Bleunven et Photossports.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"PROFESSIONNELLEMENT ÇA DEVENAIT DIFFICILE DE COMBINER LE TRAVAIL ET LE FOOT"