FANNIE DA CUNHA…COMME UN PETIT AIR DE JUNINHO

Nicolas Usaï, l'entraîneur du Nîmes Olympique, présent dans les travées du stade de Marguerittes a sûrement apprécié le geste. Le ballon s'est élevé dans les airs avant de replonger subitement sous la transversale, dans la lucarne de la gardienne de Rueil Malmaison. On jouait alors la cinquième minute de jeu et Fannie Da Cunha, attaquante du Foot Féminin Nîmes Métropole Gard venait de débloquer la situation d'un match aller de barrage au combien important pour le club nîmois. Une nouvelle fois diront les supporters du FFNMG. Car en cette fin de saison, la numéro 7 d'origine Portugaise, elle possède d'ailleurs la double nationalité, du club du président Taves, marche sur l'eau et surtout contourne les murs. Mais comment cette jeune femme de 20 ans qui a débuté le football dans sa Nièvre natale, à Marzy, au poste de latérale droite a t elle pu devenir la spécialiste és coup franc et la fer de lance de l'attaque nîmoise? Rien ne la prédisposait à cela, elle qui débute le football à 5 ans, alors que personne dans sa famille ne pratique ce sport. "C'est grâce aux copains d'école en fait. On jouait tout le temps au foot…partout" explique t-elle. Elle quitte Marzy pour l'AFGP où elle joue jusqu'à ses 15 ans avec des garçons. Repérée par l'Olympique Lyonnais, elle choisit finalement d'aller à Yzeure où elle accède rapidement au groupe D2.  Puis elle fait le choix de Nîmes ce qui lui permet en parallèle de suivre ses études sur Montpellier et de valider son DEUST Agaps (animation et gestion des activités physiques et sportives). C'est à ce moment-là que Gaby Taves et Ludovic Gros font le choix de la repositionner sur le front de l'attaque "Ils m'ont appris à être lucide devant le but et à faire de bons appels" ajoute t-elle.

Et les coups francs alors?

"C'est un truc que je sens bien. Je ne les travaille pas spécialement mais je mets ce qu'il faut". Au point de se prendre la tête avec Ludo Gros qui un jour voulait absolument lui faire tirer un coup franc alors qu'elle, râlait de ne pas avoir été titularisée. "La comparaison avec Juninho, c'est flatteur mais j'en suis loin". En attendant de jouer en D1, un de ces rêves, cette fan de l'OM et de basket-ball, sera encore un des atouts nîmois lors du match retour en région parisienne ce dimanche. Et la gardienne de Rueil-Malmaison est prévenue.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"