"J'AI PRÉSENTÉ MA DEMISSION LA SEMAINE DERNIÈRE"

On l'avait senti très affecté par la non accession de son club, le rugby club Les Angles, juste après le match face au XV de la Dombes. Hagard, triste, Christian Sanciaume avait erré un moment sur le terrain et au moment de répondre aux questions de la presse et des médias locaux...sans trop y arriver, submergé par l'émotion, on avait bien senti qu’il se passait quelque chose. Quelques jours ont passé et celui qui coachait l'équipe une avec Joris Matheron depuis deux ans a décidé de prendre du recul avec tout ça. Au téléphone, on ressentait encore beaucoup d'émotion mais aussi de la satisfaction quand il m'a annoncé en avant première que finalement le Rcagr accédait a la fédérale 2 du fait de la santé financière fragile de quelques clubs mais aussi et surtout pour lui grâce à la belle saison du club ponctuée d'une place de premier national. 


JS30: Christian, tu as donc proposé ta démission ?
Christian Sanciaume : Oui, je l'ai présenté la semaine dernière. Tout d'abord pour des raisons personnelles, car ma femme a quelques petits soucis de santé. Ensuite pour des raisons sportives. Je suis un compétiteur et l'echec de la montée a été compliqué à gérer pour moi. J'avais besoin de couper et de prendre du recul.
JS30: J'imagine que ça n'a pas été une décision facile à prendre ?
CS: Non du tout, ça reste le club de mon cœur et je lui dois beaucoup. On a fait une belle saison avec 22 victoires et seulement deux défaites. On fait tout de même une belle saison même si à la fin l'objectif n'est pas atteint. Il y avait beaucoup de frustration chez moi.
JS30: Est-ce que le final du match d'Andrézieux a pesé dans ta décision ?
CS: Je t'arrête tout de suite, je ne me sens pas du tout responsable. Si on ne monte pas ce jour-là , c'est en partie à cause du match aller, raté, à Andrézieux. C'est une décision que j'ai mûrement réfléchi. J'ai senti que mon discours ne passait plus auprès de certains joueurs et je préfère donc arrêter.
JS30: Je suppose que ton père a essayé de te retenir et de te faire changer d'avis ?
CS: Olivier Tudela et mon père étaient tous les deux déçus de ma décision et même surpris. Mais aujourd'hui le plus important c'est que le club devrait quand même monter en Fédérale 2. Au final, je me dis que je quitte le club sur une montée, sur une bonne note, grâce à la place de numéro 1 national et à la belle saison qu'on avait fait avant les phases finales.
JS30: Sans regrets?
CS: Je pense que je vais prendre du recul car j’ai besoin de faire un break. Je vais prendre le temps de passer plus de temps avec ma petite famille.

Crédit photo: Christelle Pyczak

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"PROFESSIONNELLEMENT ÇA DEVENAIT DIFFICILE DE COMBINER LE TRAVAIL ET LE FOOT"