LE CARNET DE BORD SARDE DE VALENTIN SARREAUD

Ce rallye de Sardaigne, cinquième manche du championnat WRC avait plutôt bien commencé pour le duo Yohan Rossel/Valentin Sarreaud. Malheureusement lors de l'après-midi du premier jour suite à une petite erreur de freinage, la C3 est sortie de la route. Avec une Citroën trop endommagée pour continuer, les Gardois ont du se résoudre à l'abandon. Fort heureusement pour eux, les spéciales suivantes ont été annulées et l'équipe PH sport a pu récupérer la C3 afin de la réparer dans un temps record. Si la victoire n'était plus possible, 10 minutes de pénalité ont été attribuées aux deux Gardois, l'essentiel c'est de pouvoir reprendre la route et d'aller chercher les points de la power stage. Le duo rentrera finalement avec deux petits points, importants, car ils les laissent en position de leader du championnat du monde WRC 2. Comme a son habitude, Valentin Sarreaud nous a ouvert les pages de son carnet de bord.


Dimanche 29 mai En fait, pas grand-chose ne change par rapport aux autres rallyes. Là c'est direction la Sardaigne et ça s'enchaîne rapidement après notre victoire au Portugal. Avec Yohan, on a pu faire de bons débriefs entre les deux rallyes pour améliorer les détails sur nous et sur la voiture. Je pars seul cette fois avec un passage par la Corse pour récupérer Yohan qui a des clients là-bas. On prend le bateau ensemble direction la Sardaigne.

Lundi 30 mai Comme à l'habitude, c'est journées d'essai avec l'équipe et avec Nico Bernardi, qui a habité Uzès ou il était d'ailleurs pompier, l'entraîneur de l'équipe de France de rallye. On fait pas des centaines de kilomètres cette fois. On retrouve une voiture qui nous plaisait au Portugal et on se sent vite à l'aise.

Mardi 31 mai et mercredi 1er juin On a deux journées de reco très lourdes et très longues car il y a pas mal de nouvelles speciales cette saison. On a pas trop pu travailler en amont vu les nouveautés donc il y a beaucoup de travail sur place. Beaucoup de notes à prendre et à retranscrire pour moi. 


Jeudi 2 juin C'est le jour du Shakedown. On fait un seul passage pour essayer des trucs et on valide le setup. On s'en tiendra a ça. C'est aussi le jour de la première spéciale, toujours la spéciale spectacle en ville pas hyper intéressante mais on fait le deuxième temps derrière Mikkelsen le prétendant au titre et notre adversaire principal

Vendredi 3 juin C'est une grosse journée avec huit spéciales. Dès le début ça se passe bien, on est de suite dans le coup. On est à la bagarre devant et on se bat dans les mêmes secondes. On claque même un scratch et on se retrouve second à la mi-journée. On prouve qu'on est capable de jouer avec les meilleurs. Malheureusement dans la deuxième spéciale de l'après-midi, on sort bêtement. Un freinage un peu tardif, lourd de conséquence. Sur ce genre de parcours, la moindre erreur se paye cash. On est parti en tonneau et ça s'arrête là pour nous, la voiture est trop abîmée. Par chance, les deux spéciales d'après sont annulées et du coup on ne prend que 10 minutes de pénalité. Ça nous permet de rapatrier la voiture mais on ne sait pas si on va pouvoir repartir. Vers 22h30, on récupère la voiture, si les éléments de sécurité dont l'arceau ne sont pas touchés, on pourra repartir. L'équipe a 3h d'assistance pour remettre la voiture en état. À 1h30 du matin, la voiture est finie pour qu'on puisse repartir. Pour tout ça, pour tout ce travail, avec Yohan on remercie toute l'équipe. Chapeau à eux.

Samedi 4 juin C'est jamais facile de repartir après une sortie de route. Mais c'était important de le faire pour l'équipe et pour nous, en prévision de la saison prochaine. C'est compliqué psychologiquement et mentalement mais super important. Le samedi, c'est huit spéciales sans assistance. On se lâche petit à petit et on refait des temps qui nous positionnent à nouveau aux avant-postes malgré ces 10 minutes de pénalité. 

Dimanche 5 juin On fait trois super temps dès les trois premières spéciales. On est reparti dès le matin en se disant qu'on voulait les trois points de la power stage. On devra seulement se contenter de deux ...pour 5 petits dixièmes. On a eu droit à une route labourée par les WRC et ça nous a un peu pénalisé. Ces deux points sont importants car ils nous permettent de rester en tête du championnat pilote pour Yohan et moi je passe en tête ex-aequo des copilotes. J'ai récupéré le petit retard que j'avais à cause de mon absence au Monte-Carlo. C'est quand même un résultat un peu rageant car Mikkelsen a pété son moteur. Sans cette sortie, on aurait pu prendre le large mais de l'autre côté on se rend compte aussi qu'on ne s'en sort pas si mal. 


Lundi 6 juin On est rentré le matin très tôt pour une fois. J'ai même pu aller faire la Féria toute la journée à Nîmes. Le prochain rallye aura lieu à Ypres en Belgique au mois d'août. Ça va nous laisser du temps pour nos familles, pour mon boulot de pompiers et pour préparer ça correctement. On rentre en tant que leader du championnat du monde WRC 2. Je sais que Yo était déçu qu'il s'en est voulu. Mais c'est une erreur infime qui finalement n'aura pas eu trop de conséquences. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES