L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE BEUBEU

Benoit Merquey a donc tiré sa révérence ce dimanche après une victoire au gout amer face au XV de la Dombes. C'est un sacré personnage qui met fin à une jolie carrière. Celui que tout le monde surnomme Beubeu aura marqué l'histoire du Rugby Club Les Angles Gard Rhodanien tant sur le terrain, ou ses qualités de centre ou d'ailier ont fait les beaux jours de Bédarrides ou monteux en fédérale 1 ou des Angles en fédérale 3, que lors des troisième mi-temps ou des soirées ou il est un Roi. Et toujours avec cette phrase devenue emblématique "t'es chez ouam, t'es chez Beubeu". Le petit fils de Jacky, le doyen des rugbymen internationaux français a donc décidé de faire un petit retour en arrière sur sa carrière.  

JS30: Ton parcours, tes clubs?

Benoit Merquey: J'ai commencé aux Angles en 99/2000 en cadet. En 2000/01, on fait demi finale du championnat de France et champion de Provence. on avait une équipe redoutable. C'est parti de la. Après, j'ai fait le pole espoirs à Béziers pendant trois ans avec des gars qui joueront en Top14 et proD2 plus tard. j'ai eu la chance de faire le Top 100 à l'époque et une tournée en Irlande. Après mon BAC, je suis parti sur Montpellier et j'ai joué deux saison au MHR en reichel et Espoirs. On termine vice champion de France. Je pars au bout de deux et l'année d'après...ils sont champions de France. Je rentre vers chez moi à Bédarrides en fédérale 1. Puis une saison à monteux la aussi en fédérale 1. mais on descend en fédérale 2 et je repars sur Montpellier pour raisons professionnelles. J'avais toujours promis à Alain Sanciaume que je reviendrai un jour et en 2010/11 après une année de stand by, je reviens aux Angles. Jusqu'à ce dimanche...

JS30: Ton plus beau souvenir de Rugby?

BM: Il y en a eu plusieurs. Ces victoires en cadet dont je te parlais tout à l'heure aux Angles avec le titre de champion de Provence. C'est ce qui m'a donné l'envie de m'investir. La tournée en Irlande avec le Languedoc est aussi un beau moment. Avec Bédarrides, on a fait une finale avant la finale de Top14 au stade de France Clermont Montpellier. Et la montée en fédérale 2 avec les Angles. 

JS30: Ton plus gros match?

BM: Le match de la montée aux Angles contre Thuir. Je sentais qu'on avait la bonne étoile. on ne pouvait pas perdre. Même quand on était dans le rouge, on les a fait reculer. 

JS30: L’équipe qui ne t’a jamais réussi? 

BM: Bédarrides. Il y avait des coachs avec qui je ne m'entendais pas trop bien. J'ai du me créer ma place et en plus j'étais jeune. J'ai finalement réussi à y jouer pas mal de matchs. 

JS30: Le partenaire qui t’a le plus marqué?

BM: A Montpellier, Louis Picamoles qui était déjà très fort. François Trinh Duc et son frère aussi. 

JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?

BM: Jean Philippe Lacoste à Montpellier. Mon duo de coach cadet, Francis Biscaire et Norbert Notari. J'ai beaucoup aimé Bruno Belguiral et Philippe Bordessoulles pour son côté humain. 

JS30: Le joueur avec qui tu aurais aimé joué?

BM: Dan Carter, le mec il te met les bons ballons au bon endroit...

JS30: Le club où tu te serais bien vu jouer?

BM: Au Stade Toulousain même si ce n'est pas l'équipe que je supporte. J'ai beaucoup joué contre eux en jeunes et c'était impressionnant. 

JS30: Ta plus belle rencontre dans le milieu du rugby?

BM: Mon pote Alexis Calmes. C'est quelqu'un avec qui j'ai partagé de bons moments. on a joué aux Angles ensemble. On est parrains de nos enfants respectifs. 

JS30: Ce que tu vas regretter du rugby?

BM: La compétition et les copains...l'ambiance. 

JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter? 

BM: L'emploi du temps. Avec une vie de famille, c'est hyper prenant. Ça prend énormément de temps. 

JS30: Que tu vas faire maintenant les dimanches après midi?

BM: Consacrer du temps à ma famille et profiter d'elle. Ma femme ouvre une affaire ou elle va travailler le samedi, si j'avais joué le dimanche, on se serait jamais vu. Ça va être famille, enfants et ma femme. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES