L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE RÉMI SALOU

La carrière de Rémi Salou c'est d'abord une histoire de chiffres. 5 pour commencer, comme le nombre de titres de champion de France collectionné pendant sa carrière, tout comme le nombre de coupe de la Ligue remportées, 4 le nombre de coupe de France gagnées, 9 le nombre d'opération subies tout au long de sa carrière qui l'a emmené à Nîmes en 2016, initialement pour 3 ans. Mais son côté guerrier, sa grinta ont de suite collé avec l'esprit USAM. Ce breton de naissance a vite conquis le Parnasse pour finalement jouer le double de temps de son contrat initial. Sauf que le corps a dit stop et malgré sa tentative de revenir, le numéro 7 de la Green team a préféré se retirer définitivement...Pas totalement mais il nous explique ça lors de la dernière question de cette interview Clap de fin.

JS30: Ton parcours, tes clubs?

Rémi Salou: J'ai commencé le hand avec mes trois sœurs et mon frère mais mon père ne voulait aps que je pratique ce sport. J'ai commencé à la Cavale Blanche, chez moi, près de Brest. Puis au Locmaria handball et au Lesneven Handball en N3. Je suis parti au pole espoir de Cesson-Rennes avec qui j'ai joué en D2. J'ai passé 5 ans à Montpellier, 4 à Tremblay et enfin 6 à  Nîmes. 

JS30: Ton plus beau souvenir de Hand?

RS: Y en a plein, Je me souviens d'un à Vezprem avec Montpellier ou on avait gagné et c'était dur de gagner la bas. Aussi d'une victoire à Kiel ou William Accambray met le dernier but et on gagne. On a fait taire toute la salle ce jour la. Il y a encore cette victoire avec l'USAM en coupe de France face à Montpellier et l'ambiance dans le vestiaire pour le dernier match de cette saison. Ça, je m'en souviendrais toute ma vie. 

JS30: Ton plus gros match?

RS: Tous les matchs (il éclate de rire). Il y en a quelques uns ou j'ai planté pas mal de buts. Il y a aussi eu des matchs défensivement énormes. C'est compliqué d'en sortir un plus qu'un autre. 

JS30: L’équipe qui ne t’a jamais réussi? 

RS: Je n'ai pas d'équipe en particulier mais je n'aimais pas jouer contre le gardien Rémy Gervelas du temps ou il jouait à Ivry entre autre.

JS30: Le partenaire qui t’a le plus marqué?

RS: C'est très dur d'en sortir un. Je dirai William Accambray à Montpellier, Quentin Dupuy à l'USAM, Mika Guigou qui était un peu un grand frère et Romain Ternel à Tremblay aussi. 

JS30: Le coach qui t’a le plus marqué?

RS: Il est compliqué ton interview (Rires). Patrice Canayer forcément. Humainement Franck Maurice; David Christmann qui m'a lancé au haut niveau. 

JS30: Le joueur avec qui tu aurais aimé joué?

RS: Avec moi même (Rires)

JS30: Le club où tu te serais bien vu jouer?

RS: Brest, chez moi, sans hésiter. Sinon Barcelone pour le maillot et le club mythique. 

JS30: Ta plus belle rencontre dans le milieu du rugby?

RS: Fred Anquetil à Montpellier a été très important dans mon parcours. Et Pierre Taillé à Cesson. 

JS30: Ce que tu vas regretter du Hand?

RS: Le vestiaire. Ce qui s'est passé à limoges entre autre. Des moments conviviaux, forts en émotion. 

JS30: Et au contraire ce que tu ne vas pas regretter? 

RS: La prépa physique, les blessures et les footings matinaux

JS30: Que tu vas faire maintenant?

RS: J'intègre donc le staff de l'USAM auprès de l'équipe réserve et des jeunes. Je veux apporter mon expérience. Je veux aussi profiter de ma famille. 

Crédit photo: USAM Nîmes Gard




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"