"L’USAM, ÇA LAISSE PAS INDIFFÉRENT. J’AI EU TRÈS PEU D’HÉSITATION AU MOMENT DE FAIRE MON CHOIX"

Hugo Kamtchop-Baril a marqué le club de Cesson Rennes. Ce Rochelais de naissance, arrivé en Bretagne il y a huit ans, a indéniablement laissé une belle image au public de la Glaz Arena a tel point que son président n'a pas hésité à dire lors de son match d'adieu que les irréductibles n'imaginaient pas la vie sans Hugo. Mais justement après huit années, le pivot voulait s'essayer à autre chose et l'USAM, et son statut d'européen depuis quatre saison, l'a attiré dans ses filets. Ambitieux comme l'est le club du président Tebib, celui qui ne passe pas inaperçu par sa stature va découvrir Nîmes et son club de handball. Nîmes ne va pas tarder à connaître son nom et je suis sûr qu'elle va adorer le joueur et l'homme. Le public du Parnasse, j'en suis convaincu. 
JS30: Hugo, tu es un nom qui monte dans la hiérarchie des pivots français, qu'est ce qui t'a décidé de signer à Nîmes ? 
Hugo Kamtchop-Baril: Déjà le discours de David Tebib m'a beaucoup parlé et touché. Il m'a affiché les ambitions de l'USAM qui sont des ambitions qui m'ont parlé, avec les moyens mis en place aussi. Car c'est bien beau d'avoir de l'ambition, il faut mettre les moyens pour y arriver. Je trouve que c'est un club qui les met pour arriver à ses ambitions. L'intérêt que m'a porté le club m'a aussi touché, c'est un des premiers a m'avoir montré autant d'intérêt. Ils m'ont montré qu'ils voulaient écrire une petite page de l'USAM avec moi. Les valeurs du club ont aussi été déterminantes dans mon choix. Elles me parlent, depuis 2016/17, depuis que je suis en première division, je viens une fois par an à Nîmes et je vois un peu comme cela se passe et ça me laisse pas indifférent. Au moment de prendre ma décision, j'ai eu très peu d'hésitation. 


JS30: Tu arrives dans un club qui est déjà fourni en pivot, y a Jakobsen, Poyet et Gallego qui peut jouer à ce poste, qu'est ce que toi tu vas pouvoir apporter en plus? 
HKB: Déjà, je trouve que c'est une très bonne chose d'arriver dans un club où il y a une très grosse concurrence. Ça veut dire qu'à titre personnel, on va progresser, se tirer la bourre. Ça veut dire aussi que c'est un club qui a de l'ambition. Quand on regarde les tops clubs en France, il y a toujours trois très bons pivots. Au final, on a vu la saison dernière avec les blessures, qu il faut être fourni à chaque poste pour pouvoir faire une saison pleine. Moi je vais pouvoir apporter ma combativité et le fait que je lâche rien sur le terrain. Je suis prêt à me mettre au service du collectif et accepter le rôle qui m'est donné pour le meilleur de l'équipe. 
JS30: L'USAM, c'est le club qui peut te permettre de franchir une étape vers l'équipe de France? 
HKB: Déjà c'est le club qui je l'espère va me permettre de découvrir la coupe d'Europe des la saison prochaine. Je sais que c'est un critère important pour ambitionner l'équipe de France. C'est un objectif pour moi mais ce n'est pas une obsession ou un objectif maladif ou je me dis, il faut absolument que... Je prends ce que j'ai a prendre dans le meilleur club possible pour moi. Et l'USAM est aujourd'hui le club que j'estimais le meilleur choix pour moi. Du coup, si je fais de très bonnes performances ici, si je m'impose comme un gros gros pivot de l'USAM, pourquoi ne pas voir aller de belles choses derrière. 
JS30: Tu as hâte de découvrir le Parnasse avec le maillot vert?
HKB: Oui oui, c'est une des choses qui m'excite le plus actuellement. On a un bon mois de vacances, un bon mois et demi mais j'avoue que j'ai envie que ça commence des maintenant. J'ai envie de découvrir l'ambiance. Je viens du rugby, sport que j'ai pratiqué toute ma jeunesse et dans les tribunes y avait toujours les bandas et c'est quelque chose que j'adore. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

LES ANCIENS DU NIMES OLYMPIQUE ONT RÉGALÉ À UZES