A LA DÉCOUVERTE DE LJUBOMIR VRANJES, NOUVEAU COACH DE L'USAM NIMES

Ljubo Vranjes est le premier entraîneur étranger de l'ère Tebib depuis une dizaine d'années. Il y avait bien eu Boro Golic dans les années 90 mais c'était une autre époque. Alors pour présenter son nouvel entraîneur, le président de l'USAM Nimes avait convié presse et médias locaux dans les jardins de l'impérator, un des fideles partenaires du club nîmois. Assis au côté de son nouvel entraîneur, le président Tebib expliquait d'entrée que faire venir un entraîneur de la renommée de Vranjes n'est pas un pari. Déjà parce que David Tebib n'est pas joueur, ensuite parce que le CV du nouvel homme fort de la Green Team parle pour lui. Il était évident qu'au bout d'un certain nombre d'années ou l'USAM s'est construit avec des principes forts tel la formation et un état d'esprit pro et familial, notamment dans le sillage d'un Franck Maurice qui a indéniablement fait grandir le club, l'USAM est redevenu une place forte du hand français. La question s'est alors posée de savoir comment continuer à faire grandir le club. L'arrivée de 5 nouveaux joueurs et d'un nouveau coach va dans ce sens là. Un nouveau coach qui arrive avec son envie et sa détermination afin de relancer sa carrière. Séduit par le projet, par la ville et la région, Vranjes a fait de gros efforts au niveau de sa rémunération pour venir à Nîmes, ce qui est une preuve de sa volonté de grandir avec le club. Conquérant et déterminé, il arrive aussi avec beaucoup d'humilité. "Je suis très heureux d'être ici, la décision de venir à Nîmes n'a pas été difficile pour moi. Mon état d'esprit matche avec celui de David et du reste du staff. Les qualités de l'USAM me correspondent et j'ai hâte de développer l'équipe. Je ne suis pas un magicien et j'ai besoin d'une équipe pour m'aider. Pour réussir, je dois connaître l'équipe, la ville, la langue. Je vais commencer par la défense. La préparation physique est importante car il est crucial d'avoir des joueurs en bonne santé. J'ai beaucoup de disciplines avec beaucoup de bonne humeur et de fun. On ne peut pas jouer sans s'amuser. Le charme et la particularité de la ville ont beaucoup compté dans mon choix. J'adore déjà l'endroit. Je suis dans le hand depuis 1991 et j'y ai vécu beaucoup de choses. Je vais travailler dur. L'esprit de bonne humeur dans l'équipe est important. Nîmes à des valeurs que je respecte et pour lesquelles je suis venu ici. Ne pas jouer la Coupe d'Europe n'est pas grave, j'aurais plus de temps pour entraîner et prendre possession de l'équipe. L'objectif sera de retrouver la Coupe d'Europe à la fin de cette saison. Personnellement je veux m'améliorer tout le temps. Aujourd'hui je suis satisfait de l'équipe actuelle avec les recrues. J'aime déjà cette équipe et je suis sûr que je peux aider les joueurs à être meilleur. C'est un gros challenge mais ça ne dépend pas que de moi. Les matchs de préparation vont m'aider à voir comment les joueurs réagissent à la préparation physique qui va être intense. Il y a encore beaucoup de choses à développer pour arriver à la Ligue des Champions".


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"