"JE VOULAIS VOIR AUTRE CHOSE, UNE AUTRE RÉGION, UN AUTRE FOOTBALL"

Après deux saisons a Grandvillars en National 3, le gardois Sullivan Bouchité avait besoin d'un nouveau challenge. A 24 ans, ce défenseur central, formé au Nîmes Olympique puis passé par Arles Avignon avec qui il jouera trois matchs en CFA alors qu'il est U19 nationaux, Aigues-Mortes ou il fera deux belles saison pleine en R1, Rousson une saison et Aurillac avec qui il découvre la N3, voulait changer d'air. "Je voulais revenir dans le Sud. A Grandvillars, j'étais titulaire et capitaine. Le club voulait me conserver. Je ne pars pas en mauvais terme avec qui que ce soit au club. C'est un club et une région ou j'ai des attaches, ma fille est née la bas. Mais je voulais voir autre chose, une autre région, un autre football. Je ne voulais pas rester dans mon confort". Si son souhait numéro un était de revenir dans son sud, près des siens, il a légèrement bifurqué à l'Ouest pour s'engager avec le Stade Montois, fraichement relégué de National 2 et qui ambitionne de vite y retourner. Contacté par Christophe Lopes, le coach qui l'avait fait venir à Granvillars et qui s'occupe maintenant de Mont de Marsan, il a vite dit oui au club au club Landais, attiré par une région ou il pense s'épanouir avec sa famille et par l'ambition sportive du club montois qui n'a pas vu son effectif exploser et qui ne veut pas faire de vieux os en N3. "J'ai eu quelques belles propositions en National 3 Occitanie et en R1. Mais je voulais rester au niveau national. A 24 ans, je veux encore progresser et aider le Stade Montois a remonter. Je veux aussi rendre la confiance à Christophe Lopes car ce n'est pas la première fois qu'il fait appel à moi. Le cadre de vie a été important dans mon choix. Être bien installé avec ma famille a beaucoup joué. De plus, le contact est de suite passé avec le directeur sportif du club Simon Elissalt. Ça a de suite accroché. Je suis heureux de rejoindre ce club!"

Crédit photo: Bertrand Lucq 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"