"ON A FAIT UNE COURSE ASSEZ PLEINE SANS PASSAGE À VIDE"

La MB Race, qui se déroulait du 1er au 3 juillet autour de Megève sur tout le massif du Mont Blanc, est considérée comme la course la plus dure de VTT. 240 kilomètres, 11000 mètres de dénivelé et...un duo alésien, Maxime Rivier, 20 ans bientôt et actuel leader du challenge VTT gardois et son père Aurélien, 46 ans coureur a pied et vététiste occasionnel. 29 heures 45 minutes et 41 secondes après être parti de Combloux, les deux gardois ont coupé la ligne d'arrivée à la 6e place, a 8h15'14" duo suisse Montandon/Correvo , vainqueur de l'édition 2022
JS30: 6e de la MB Race, un peu plus de 24 heures après, quelle est ta réaction ?
Maxime Rivier: Je suis très content de cette perf. C'est une des courses, pour ne pas dire la course, la plus dure au monde. C'est plus de 20h sur un vélo, une grosse gestion de soi-même. Donc je suis très content de notre course et de ce qu'on a réussi à faire.


JS30: C'est une course que tu faisais donc avec ton papa ?
MR: Oui on a formé un binôme familial. Le but c'était de partager quelque chose en famille, pas forcément de chercher une perf cette année. Mon père est un vététiste occasionnel, il est plus spécialiste de la course à pied. Je me faisais pas de souci pour le foncier, je sais qu'il l'avait, par contre il fallait bosser la technique de pilotage car c'est une course très technique.
JS30: Raconte-nous un peu cette course ?
MR: Elle a duré pour nous plus de 29 heures. On a été directement surpris par le départ qui a été assez rapide mais on s'est de suite mis dans notre bulle, avec une allure pour ne pas exploser. On a été assez vite dans le top 10. On a surtout essayé de garder le même rythme, de ne pas se perdre, ni de crever. Au final, on a fait une course assez pleine sans passage à vide.


JS30: Tu as eu des moments de doute ?
MR: Moi perso non. Mais au niveau du centième kilomètre, avec une montée sur la route pendant 10 bornes puis autant en chemin et deux derniers kilomètres où l'on devait porter le VTT, là ça a été très dur. On a été surpris, le mental a été très important. On s'attendait pas à ça. Sur le plan mécanique, on savait qu'on ne risquait pas grand-chose car on avait deux VTT Factor vraiment adaptés à cette course.
JS30: Qu'est-ce qu'il se passe dans ta tête quand tu passes à la ligne d'arrivée ?
MR: Plein de choses, la satisfaction de l'avoir fait, l'engouement qu'il y a autour de cette course qui est quand même ce qui se fait de plus dur au monde. Et puis d'un coup, il y a beaucoup de fatigue qui te tombe dessus. Elle était présente pendant la course mais vu que tu es focus sur ton objectif tu y penses moins. Une fois la ligne d'arrivée passée, c'est autre chose.
JS30: Tu es prêt à revenir sur cette course ?
MR: Oui oui, je suis prêt à y retourner c'est sûr. Déjà parce que l'organisation est vraiment top. Ensuite soit, je repartirai sur le 240 kms avec mon père pour aller chercher un temps, soit ce sera le 140 km en solo avec l'objectif de faire un top 10.
JS30: Quelle est la suite de ton programme maintenant ?
MR: L'aigoual ce weekend pour la finale du Challenge gardois de VTT, même si je ne sais pas comment mon corps va réagir après ces 3 jours de course. Ensuite ce sera des courses de la Coupe régionale et un gros objectif de fin de saison qui est le Roc d'Azur. Je m'alignerai aussi sur les 3C dans la Vaunage.

             Crédit photo: Hugo Paget Photographie

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"