PÉTANQUE, TEAM DÉCATHLON...RENCONTRE AVEC ANAIS MONTET

Anaïs Montet est aussi à l'aise ballon au pied que boules de pétanque à la main... A 27 ans, cette viganaise devenue nîmoise des son jeune âge peut aussi bien manier le ballon de football avec l'équipe de France militaire de football féminin, le ballon de futsal avec l'équipe de France AMF ou celle de Marguerittes ou les boules de pétanque sous les couleurs du club de Molières-Cavaillac dont elle continue à porter les couleurs malgré le fait qu'elle vive à côté d'Annonay ou elle est gendarme. 

Cette touche a tout qui ne s'arrête jamais est venue à la pétanque très jeune. "En fait, j'ai suivi mon papa qui jouait tout le temps, explique-t-elle. A six ans, il m'a inscrite à l'école de pétanque de Bezouce. Et c'est parti de la. Au début, je jouais beaucoup avec lui car c'était plus facile. J'étais une des rares filles à pratiquer ce sport. C'est moins le cas aujourd'hui. On est plus nombreuse. J'ai commencé par tirer puis petit à petit et encore plus la avec mon opération du genou, je suis passé au point". Pourtant cet été, Anaïs a failli laisser ses boules dans leur sacoche. La faute à un genou récalcitrant qu'il a fallu se décider à opérer, stoppant une saison de pétanque qui avait pourtant commencé sur les chapeau de roue à la mi-juin avec une participation en tête et en doublette au premier championnat de Pétanque'Gend à Saint Paul le Jeune en Ardèche. Le temps de se faire opérer et la revoila, les deux pieds tanqués dans le rond... 

Et en cette fin juillet et début du mois d'aout, elle enchaine. Du 28 au 31 juillet à Palavas les Flots ou elle prend beaucoup sur elle même "j'ai enchainé le tête à tête, la doublette et la triplette avec trois beaux parcours alors que deux jours avant le début de l'international, j'avais les béquilles et je ne savais pas si j'allais tenir". En tête à tête, elle s'incline juste avant les 32e de finale face a Floriane Vernille de Vernaison. En doublette associée a Sandrine Giner-Maurel, elle ne s'incline que face à la championne de France Fabienne Chapus. En triplette, au sein de la Team Décathlon Pétanque, avec Élodie Torecillas et Marina Barettini, il faudra la championne du monde Thailandaise Thongsri pour l'arrêter en 16e de finale. Depuis le début de la saison, Anaïs est devenue ambassadrice de la marque Décathlon. "Chez Décathlon, j'avais des amies qui avaient un projet de team élite et ils m'ont proposé d'en faire partie. Le but est de faire parler de la marque et des équipements Décath dans cette discipline notamment au niveau des tenues et des boules. On communique pas mal sur les réseaux sociaux". A peine le temps de se reposer qu'elle quittait Palavas pour Montpellier. Les 3 et 4 aout sur les rives du Lez, à l'occasion du Mondial Montpellier 3M, la gardoise commençait par un concours départemental ou elle partageait en finale puis par le National de Montpellier ou elle s'inclinait en 16e. En triplette mixte, associée à Jérome Nouzeran et Morgan Coppi, elle partageait en demi du concours départemental. Elle enchainait rapidement avec l'international d'Espalion en Aveyron, évènement très réputé dans la saison des boulistes. En triplette féminine, elle s'inclinait rapidement, ce qui lui permettait de s'aligner en triplette mixte le lundi avec Nicolas Guérineau et Joel Malatesta au milieu de 256 triplettes. Elle finira par partager en quart de finale...à 1h du matin, un peu frustrée "c'est dommage qu'il ne le fasse que sur un jour, il est une heure du matin et on est qu'en quart. Si on joue, on fini à six du mat...". Mais l'important est ailleurs, le genou va bien et Anaïs opérationnelle. Et on a pas fini d'entendre parler d'elle...



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"PROFESSIONNELLEMENT ÇA DEVENAIT DIFFICILE DE COMBINER LE TRAVAIL ET LE FOOT"