DÉSILLUSION POUR SHIRINE BOUKLI AUX MONDIAUX DE TACHKENT

Pourtant la journée de Shrine Boukli avait bien commencé. 52 petites secondes et un premier combat face à la belge Sellens rapidement plié qui laissait augurer une belle journée. Mais il y a eu un couac au deuxième combat. Un couac nommé Abuzhakynova, un kazakhe classée 22e mondiale. La gardoise semblait timorée en début de combat et son adversaire en profitait. Grace à un waza-ari, cette dernière attaquait la dernière minute de combat avec un léger avantage sur la Théziéroise. Le combat semblait pencher en faveur de la jeune française, double championne d'Europe en titre mais aucune de ses attaques ne passait. La Kazakhe s'imposait et anéantissait le rêve de médaille de la représentante de notre département. Un an après son échec aux JO de Tokyo, Shirine Boukli s'inclinait donc dès le troisième tour de ces championnats du monde dans lesquels elle fondait beaucoup d'espoir. Au micro de la presse, la gardoise était comme sonnée par ce qu'il venait de lui arriver "La, je suis comme dégouté, j'ai l'impression que ce n'est pas réel, je n'ai pas fait le taf. J'étais très très bien physiquement, je pense que c'est tactiquement. Elle est entrée dans ma tête et je n'ai pas su faire avec avant qu'elle me marque et quand elle m'a marqué, je me suis relevée et remobilisée, j'ai réussi à changer le cours du match mais j'ai pas su le faire avant. Un profil atypique comme ça, super décalé, c'est un peu particulier. Du coup, voilà, j'ai été un peu agacé et j'ai pas su trouver la solution. Mes concurrentes les plus costauds vont aller jusqu'au bout et moi je me pose la question de pourquoi je ne vais pas jusqu'au bout alors que je sais que la place sur le podium elle se faisait bien. Même gagner c'était clairement possible. Là, c'est un mélange de pleins d'émotions, je suis saoulée". Saoulée mais déjà tourné vers le futur et cette échéance qui la fait tant rêver...Paris et ces Jeux Olympiques en 2024. "Aujourd'hui je sais ce que je veux, c'est être championne olympique. J'ai la rage en moi, j'ai la possibilité de le devenir. L'objectif, c'est d'être prête ce jour-là. C'est le graal, l'objectif d'une vie. Et si il faut en passer par une défaite à ce championnat du monde et une victoire au prochain, why not? je prends"



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"