"JE ME SENS BIEN DANS CETTE ÉQUIPE ET ÇA REJAILLIT SUR MES PERFORMANCES"

A 22 ans, Clémentine Rival confirme les belles intentions qu'elle avait fait apercevoir la saison dernière quand sa coach Delphine Cendré lui avait confié les clés de l'aile gauche du BHNM. Même si elle n'aime pas se mettre en avant, cette gardoise a 100%, internationale chez les jeunes, est devenue un élément incontournable de l'équipe de Bouillargues. Avec 6,8 buts de moyenne par match, elle est actuellement sixième meilleure buteuse de D2. 

JS30 : Quel début de saison tu nous fais ! Tu t'attendais à cela ?

Clémentine Rival: Non pas vraiment. Il y a eu de grosses pertes dans l'équipe et des amies pour moi. Je ne savais pas trop comment ça allait se passer. Je n'ai pas trop pensé à ma prestation individuelle et je me suis dit que si l'équipe brillait, j'arriverai à tirer mon épingle du jeu. 

JS30: D'un autre côté, tu es un peu dans la lignée de ta deuxième partie de saison dernière où tu as vraiment fait ta place dans cette équipe ?

CR: Oui c'est vrai que j'ai pris petit à petit confiance. Après le départ de Maïlys (Vandevoorde), j'ai eu de plus en plus de temps de jeu. Toute l'équipe s'entend bien et franchement, ça me met en confiance. Si mes prestations sont bonnes, c'est grâce à l'équipe. Le fait que je me sente bien fait que j'arrive à sortir de bonnes prestations.

JS30: Tu es encore toute jeune mais pourtant à l'instar de Manon (Lachaize), tu représentes tellement ce club, c'est quelque chose d'important pour toi cette image que tu donnes ?

CR: Oui forcément, les supporters nous connaissent depuis longtemps. On est peut-être plus encouragé parce qu'on est les petites jeunes du club. On sait tout ce qu'à traversé le club. Le représenter est aujourd'hui une motivation. Je me surprends à intégrer les nouvelles, à leur donner l'identité du club même si je ne me vois pas trop comme une cadre. Je veux être là pour encourager les filles et faire la passerelle entre le staff et les nouvelles.

JS30: On sent vraiment que tu as franchi un cap, est-ce que des fois tu réfléchis à ce qui se passe plus haut en D1 ou pour l'instant est-ce que tu es focus sur Bouillargues ?

CR: Disons que je fais mes études à côté. Je ne suis pas encore professionnelle et il me faut gérer ce double cursus. Bien sûr que je veux performer pour aller plus haut. Si un jour il y a une porte qui s'ouvre, j'y réfléchirai mais pour l'instant, mon quotidien c'est études et D2.

JS30: Bouillargues fait plutôt un bon début de saison, vous avez deux défaites au compteur, les deux seulement d'un but, qu'est-ce qui vous manque pour gagner ces matchs ?

CR: Depuis le début de la saison, on a un gros problème, on a du mal à rentrer dans nos matchs. On l'avait déjà vu contre Noisy, ça s'est confirmé contre Clermont. Du coup ça nous oblige à courir après le score et à dépenser plus d'énergie pour revenir. C'est c'est un manque de régularité sur lequel il va falloir travailler.

JS30: Et toi, où est-ce que tu peux encore progresser ?

CR: La semaine dernière, j'ai été en échec au tir. Il me faut travailler sur ma régularité. Travailler sur le fait que lorsque je suis un échec, ça doit durer le moins longtemps possible et que je puisse aider l'équipe autrement. Je dois être régulière sur toute la saison comme je peux l'être sur un match. Un peu à l'image de l'équipe (Rires)

JS30: Bon pour finir, elle va s'arrêter où Clémentine Rival ?

CR: C'est difficile de se projeter. Ce que je sais, c'est que je kiffe l'instant présent. Je veux progresser et je ne réfléchis pas trop au futur. Je vis à fond l'instant présent et j'aime ça.

Crédit photos :Sophie Gravil 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"