"ON DOIT AVOIR CONSCIENCE QU'ON VA DEVOIR BATAILLER JUSQU'A LA DERNIERE JOURNÉE"

Sur la pelouse du terrain d'entrainement du Moulinet, Hakim Malek gesticule, harangue, replace...le nouvel entraîneur de l'Olympique d'Alès donne de sa personne. Choisi par la direction alésienne pour sa connaissance de la poule méditerranéenne, "sûrement la plus dure au niveau national", ce Rognacais de naissance, avait le choix au moment de s'engager avec l'OAC. Versailles en National, Toulon et un club de première division algérienne l'avaient aussi coché sur leur short list. Mais l'histoire du club cévenol, le projet à venir et la présence de Jean Marie Pasqualetti, fils de José dont il a été l'adjoint au Nîmes Olympique ont fait pencher la balance vers Alès. Présent dans les tribunes pour le déplacement a Lyon, de tous les observateurs présents lors de match, il a vécu ce match à 100%, un match ou l'OAC, vainqueur 0/2, a ramené trois points importants dans l'optique du maintien. Car c'est bien la, la mission numéro un du nouvel homme fort de l'OAC.


JS30: Bonjour Hakim, alors content d'être le nouvel entraîneur de l'OAC ? 
Hakim Malek : Bonjour Ju, oui je suis obligé d'être content. C'est un club historique, je l'ai encore dit la dernière fois. C'est un club qui a un passé, qui peut te permettre à un moment de si tu réussis de progresser et d'entrevoir un avenir a un échelon supérieur. C'est pas tous les clubs de N2 qui peuvent te le permettre. Donc je suis content et puis c'est le club de mon ami José et quoi qu'on en dise, il y a une dimension affective à mon choix, c'est certain.
JS30: Comment s'est passé votre arrivée à Alès ? Il y avait plusieurs candidats à la succession de Stéphane Saurat ?
HM: Il paraît oui. Il paraît qu'il y en avait une douzaine. On m'a appelé, on a discuté, j'ai donné mon point de vue, ma vision des choses. Après, c'est pas moi qui choisit, j'ai jamais chercher à me vendre dans ma vie et ce n'est pas aujourd'hui que je le ferai. J'ai une façon de voir les choses, je l'ai exposé, on m'a exposé un problème. J'ai dit comme j'allais faire. Après, les dirigeants ont fait leur choix. Pourquoi moi? C'est à eux qu'il faut poser la question. 
JS30: Avant d'arriver, qu'est-ce que vous saviez de cette équipe?
HM: Pas grand-chose honnêtement. Je suis le classement de N2 parce que je regardais. Je sais que il y a quelques années mon pote entraînait ici. Je sais juste qu'ils sont montés de N3 en poule Occitanie et que ce serait compliqué. Parce que sans rien enlever a l'Occitanie, la poule méditerranéenne est supérieure. 


JS30: Ce que vous en avez vu à Lyon et lors des premiers entraînements vous a rassuré par rapport au classement de l'équipe ? 
HM: Je suis rassuré sur le sérieux des gars, leur implication, leur volonté à vouloir s'en sortir parce que le terme c'est exactement ça, il faut s'en sortir. Dans un championnat ou aujourd'hui si tu finis 10e, tu descends. Les années d'avant, tu finissais 10e, tu étais maintenu. La réalité, elle est là. Je répète ce que j'ai dit... Tu as une équipe qui est sérieuse, ou la qualité première est l'état d'esprit et la volonté. Pour le reste, tu es en dessous de ce que je sais de cette poule. C'est une réalité, il faut faire avec. 
JS30: Qu'est-ce qu'il peut apporter à Hakim Malek à cette équipe ?
HM: D'abord déjà ma connaissance de la poule, une expérience assez complète après 20 ans de coaching, après avoir coaché à différents niveaux et être passé par là. Il peut peut-être amener une rigueur supérieure, ce qu'on a déjà entrevue à Lyon, une exigence supérieure. Aujourd'hui, on pourra pas s'en sortir si on n'est pas supérieur dans la rigueur et dans l'application, si on arrive pas à créer une équipe qui est difficile à jouer, ça sera compliqué. On a des bons joueurs mais comme je l'ai dit on a pas des joueurs qui sont capables de faire des différences seuls, c'est pas le profil de l'équipe. Donc on est condamné à être bon collectivement et ça c'est à moi le faire. Maintenant tu dois avoir conscience, que tu devras batailler jusqu'à la dernière journée.
JS30: Il va y avoir du changement ? Au niveau de la disposition tactique, du capitanat?
HM: Non, je suis pas fan des grands remue ménages, surtout quand je connais pas les gars. Aujourd'hui, on apprend à se découvrir, même si quand tu discutes avec eux, ils ont...(il coupe) les joueurs se parlent entre eux. Ils ont déjà tous un a priori sur moi, ce qui est normal, c'est le football. Des changements ? Non, puis aujourd'hui financièrement tu peux pas te le permettre. L'OAC, tu es pas à Toulon pas à Hyères, dans des grosses bécanes financières donc d'abord il faut faire avec ce que j'ai. Et après, si on voit que c'est compliqué, il faudra peut-être réfléchir à autre chose. Mais c'est un pari qui est loin d'être gagné. 


JS30: Qu'est-ce que vous avez retenu de la victoire à Lyon ?
HM: L'état d'esprit. J'ai trouvé que par rapport au match de Saint-Priest, ce qu'on avait demandé dans la semaine a été bien appliqué en match. Donc ça prouve une réceptivité et une volonté de vouloir faire les choses. C'est ce qui est intéressant. La deuxième chose, on n'a pas été exceptionnel dans le jeu mais par contre dans la rigueur on a été très très bon. Si il y a quelque chose à retenir, c'est la rigueur et la discipline. 
JS30: Il y a Maël (Zogba) qui est arrivé, est-ce que vous avez demandé d'autres recrues à la direction ? Peut-être un attaquant ?
HM: Non je n'ai rien demandé moi. Maël est arrivé avant moi donc moi aujourd'hui je n'ai rien demandé et je ne me permettrai pas te demander quoi que ce soit aujourd'hui pour une raison très simple. Il va falloir que j'appréhende mon groupe et que mon groupe m'appréhende. Je ne vais pas condamner des gars que je ne connais pas. Ils étaient avec un entraîneur, comme moi j'étais dans une autre équipe, il arrive un nouvel entraîneur, des fois ça se passe mieux avec celui qui arrive, des fois ça se passait bien avec celui qui était en place et moins bien avec celui qui arrive. Il faut déjà s'appréhender et se connaître. Peut-être que je pourrais tirer quelques choses de certains joueurs. Si on voit que ça ne va pas, on pourra discuter avec des dirigeants pour se renforcer ou pas. Aujourd'hui, tu peux pas en arrivant à mettre la tête sous l'eau à des gars alors que le but c'est de les fédérer et de les amener ailleurs
JS30: Qu'est-ce que vous avez envie de dire aux supporters, non pas pour les rassurer sur vous, mais pour les rassurer sur la suite de la saison ?
HM: Sur moi, il y a peut-être d'autres noms qu'ils auraient voulu. Ça je peux le comprendre c'est le jeu. Il y a pas de souci, peut-être que dans cette région, je suis un inconnu. La seule chose que je peux leur dire, c'est qu'aujourd'hui j'ai ma compétence et que je ferai tout au maximum pour que l'équipe s'en sorte. Avec tous leurs soutiens, parce que je sais ce que peut être le stade Pibarot en fusion, pour y avoir joué à l'époque où je jouais à Vitrolles, je sais que ce stade quand il est rempli et que le public est derrière, généralement de souvenirs, c'est très compliqué de gagner à Pibarot. La seule chose que je peux leur dire, c'est de venir soutenir leur équipe, pas moi, moi c'est mon métier, mais je vais faire le max, ça c'est certain.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"APRÉS NANTES, JE ME SUIS POSÉ PAS MAL DE QUESTIONS SUR MON ENVIE DE CONTINUER"