"CA FAIT QUELQUES TEMPS QUE JE VOULAIS FAIRE UN DAKAR POUR JOUER QUELQUE CHOSE, JE VEUX REVENIR AVEC LE MEME OBJECTIF"

Il y avait quatre gardois au départ sur cette édition 2023 du Dakar. Ils étaient quatre à l'arrivée. Trois d'entre eux, ont bien voulu me raconter LEUR Dakar. Le deuxième a nous conter son Dakar commence à devenir un habitué mais cette année, il a vécu une expérience qu'il voulait vivre depuis longtemps, jouer les premiers rôles. Valentin Sarreaud, le Genolhacois, pompiers a Bagnols sur Cèze nousarme de son aventure.

JS30: Quel bilan fais-tu de ce Dakar 2023 ?

Valentin Sarreaud : Le meilleur bilan de mes quatre Dakar. C'est mon meilleur résultat, il y a pas photo. Dans le plaisir que j'y ai pris aussi, c'est un contestablement mon meilleur Dakar.

JS30: Vous terminez avec Christian Lavieille, ton pilote aux portes du top 10, à la 11e place précisément. C'était un de tes objectifs ?

VS: On a deux journées où on a des petits pépins mécaniques qui nous font perdre le top 10 voire mieux mais ça fait partie du rallye. Je pense qu'on aurait pu faire 7e ou 8e. Notre objectif avant de partir, c'est comme d'hab d'arriver et de faire du mieux possible. Entre 10 et 15, c'était un peu inespéré à la vue du plateau présent au départ. Il y avait des voitures plus performantes que la nôtre donc franchement entre 10 et 15e c'était top. Dès les trois quarts de la première étape, on est dans le top 10 et on se dit que c'est possible. On a terminé aussi deuxième de la catégorie des deux roues motrices et ça ça nous a fait énormément plaisir.

JS30: C'était ton 4e Dakar, avec un pilote beaucoup plus expérimenté cette fois, qu'est-ce que tu retiendras de cette édition 2023 ?

VS: Un peu tout. Déjà moi, je gagne de l'expérience mais la grosse différence, c'était mon pilote. Jusqu'à présent, je partais à l'aventure avec des pilotes dont c'était le premier Dakar. La Christian c'était son 20e et c'est quelqu'un qui a roulé de grands navigateurs. J'ai énormément appris à ses côtés.

JS30: Ton plus beau souvenir sur ce Dakar ?

VS: C'est difficile à dire car il y a plein de bons souvenirs. On se rappelle souvent des moments difficiles qui deviennent de belles victoires. Il y a eu beaucoup de bons moments et on se dit que les moments difficiles, c'était pas la fin du monde non plus. Sur la 13e étape, on casse la pédale d'accélérateur, on était à une minute de la 6e place et d'un coup tout s'arrête... À 5 km de l'arrivée. 

JS30: L'association avec Christian, ça s'est passé comment ?

VS: On voit que c'est quelqu'un qui connaît la discipline sur le bout des doigts. J'avais un peu de pression au départ de courir avec un tel pilote. Lui de son côté ne savait pas trop où il allait avec moi. Après la première étape, je me suis rassuré personnellement. Humainement, ça s'est bien passé entre nous deux. C'est quelqu'un de très à l'écoute, de bienveillant et qui met sur un pied d'égalité le pilote et le copilote.

JS30: Prêt pour le Dakar 2024 ?

VS: Prêt oui, ça m'a reboosté. Ça faisait quelques temps que je voulais faire un Dakar pour jouer quelque chose. Maintenant je veux revenir avec les mêmes objectifs que cette année.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

LES NÎMOISES N'Y ARRIVENT TOUJOURS PAS

"4 MONTÉES EN 4 ANS...JE SUIS FIER. MAIS ON NE COMPTE PAS S'ARRETER LA"

UZES N'A MÊME PAS PU FINIR LE TRAVAIL